legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* HORATIU RADULESCU (1942 - 2008), Roumanie

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Horatiu Radulescu [1942, Roumanie (Bucarest) - 2008, Paris (France), décédé à 66 ans] (prononcer «radouleskou») étudie au Conservatoire de Bucarest avec Tiberiu Olah pour la composition, Stefan Niculescu pour l'analyse, Aurel Stroë pour l'orchestration ; juste après son diplôme, en 1969, il quitte une première fois son pays pour la France (mais y revient), et en 1974, il acquiert même la nationalité Française (en changeant l'orthographe de son prénom, en Horatio, une initiative peu suivie, semble-t-il, puisque les occurrences Google sont 10 fois moindres), mais sa culture d'origine (Balkanique, Byzantine) lui est viscéralement attachée, malgré les métissages des voyages ; entre 1970 et 1972, à la fin de la Guerre Froide, il participe aux cours de musique nouvelle de Cologne (avec Mauricio Kagel, Luc Ferrari) et aux cours d'été de Darmstadt où il rencontre John Cage, Iannis Xenakis (qu'il admire), Karlheinz Stockhausen, György Ligeti ; enfin, entre 1979 à 1981, il suit des stages de composition assistée par ordinateur et de psycho-acoustique à l'Ircam ; à partir de 1983, il fonde à Paris avec le Quatuor Arditti et Pierre-Yves Artaud, l'ensemble de solistes «European Lucero», avec lequel il donne des concerts, il enseigne lors de Masterclass (notamment à Paris en 1991-1993), et il vit davantage à l'étranger (Allemagne en 1988, USA en 1989, Italie en 1990, France, et plus récemment en Suisse) que dans son pays natal, où il ne retourne qu'en 1992, après sa «réhabilitation» consécutive à la chute du Mur de Berlin ; le personnage est notoirement complexe (y compris dans les postures qu'il affecte, comme ses photos marquant une ressemblance avec un Beethoven vénéré à outrance -jusque dans la coiffure-, ses goûts de richesse ostentatoire (partiellement assouvis), ses projets tapageurs, ses contrastes précaires (au niveau de la spiritualité, il clame appartenance au Catholicisme et au Taoïsme, celui de Lao Tzeu). Site Internet (en Anglais): www.horatiuradulescu.com... Première œuvre significative : "Credo" (1969, pour 9 violoncelles, créé seulement en 1979, aux murmures suraigus, révisé en comme "Ultimo Credo", en 1995). Instrument pratiqué : violon.Moderniste-Spectral (tendance microtonalité). Horatiu Radulescu est un compositeur important, encore sous-estimé (isolé et peu joué) ; sans le revendiquer au départ, il est l'initiateur, dès 1969, de la généralisation des micro-intervalles, selon un processus distinct de la Musique Spectrale tel que conceptualisé par Murail-Grisey-Levinas (son «microtonalisme» est sans rapport avec les Français, et même éloigné de celui de Scelsi, qui est même antérieur et qu'il ne semble pas avoir rencontré, plutôt davantage dans la lignée des premiers compositeurs de la micro-tonalité du début du 20ème siècle, tel Alois Haba) : la résultante est moins une pulsation spectrale sculptant le son, qu'un jeu sur les timbres, sur l'acoustique, donnant un plasma sonore (un continuum suspendu, fondant de mutiples micro-évènements sonores, sans développement, sans début-fin, comme un phénomène en apesanteur), parallèlement à la première manière micro-polyphonique de Ligeti ; sa musique utilise fréquemment les instruments modifiés («scordatura») et son style apparaît d'emblée comme neuf et original, de nature à la fois cosmique, hallucinatoire et mystiquement démesuré (influencé par les constructions mathématiques, souvent organisé en canons, en cercles, mêlant périodicité et asynchronisme... tout en accaparant fortement l'intuitif et l'instinctif) ; ses œuvres, souvent avec des titres emphatiques ou prométhéens, souvent longues, sont concentrées sur la musique de chambre avec notamment 6 Sonates pour piano et 6 Quatuors à cordes, écrits tout au long de sa carrière (aucun opéra, aucune partition symphonique majeure, mis à part 2 concertos et "Wild Incantesimo" de 1978, utilisant 9 orchestres, 19 écrans projetant plus de 4000 diapositives, pendant 2 heures!) ; il a utilisé également à plusieurs reprises dans ses compositions un «sound icon» (une icone sonore), un grand piano posé verticalement comme une harpe, sans couvercle et aux cordes colophanées pour obtenir des effets résonants inouïs… Pièces emblématiques (sur un catalogue de plus de 110, mal connu, avec un risque de non-renouvellement) : "Capricorn's Nostalgic Crickets" (1973-1980, pour 7 instruments à vents), "Doruind" (1976, pour 48 voix, languissantes), "Thirteen Dreams Ago" (1978, pour 33 musiciens à cordes), "Do emerge ultimate Silence" (1974-1984, pour 68 voix d'enfants, par 2, a capella, en 34 hauteurs spectrales), "Iubiri" (1981, pour ensemble, non écouté), "Das Andere" (1984, pour trio à cordes et percussion), "Inner Time I, II, III" (1982, 1993, 1994, pour clarinettes), "Infinite to be cannot be infinite, infinite anti-be could be infinite" (1987, pour 9 quatuors, 8 d'entre eux pouvant être pré-enregistrés), "Being and Non-being Create each other" (1991, sonate pour piano n°2), "Byzantine Prayer" (1993, pour 40 flûtistes, non écoutée), Concerto pour piano "The Quest" (1996), "Like a Well... older than God" (1993, sonate pour piano n°4, non écoutée en concert), Concerto pour violoncelle "Ulysses" (1999), "Khufu's Serpent I, II, III, IV, V" [1995-2003, pour ensemble et live électronique, non écouté en concert].

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1973Capricorn's Nostalgic Crickets (7 musiciens à vents) [31 ans]Bois. Une œuvre ouverte, conçue pour 7 bois identiques, issus de la même famille de timbre et de registre homogène, jouant ainsi un seul et unique instrument sur lequel s'opère une véritable dilatation dans les registres sériels et dans les couleurs … … suite | … plus (portrait compositeur)18xxxx++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendeNé le 7 Janvier 1942

M.A.J.-Actus : 2015/07/16.
Mort le 25 Septembre 2008 ; il avait 66 ans ; à part cela, très peu d'actualités (à notre connaissance) en France, d'ailleurs sa disparition a été quasiment ignorée par les médias Français ; le site Internet commémoratif est très complet (en Anglais), mais peu actualisé. Site Internet personnel (avec extraits musicaux): www.horatiuradulescu.com

* Conseil-découverte : Concerto pour piano "The Quest" (1996) |

* Conseil-approfondissement : "Capricorn's Nostalgic Crickets" (1973-1980, pour 7 instruments à vents) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 16-Juillet-2015

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page