legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* IANNIS XENAKIS (1922 - 2001), Grèce

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Iannis Xenakis [1922, Roumanie (Braila) - 2001, France (Paris), décédé à 78 ans], d'ascendance Grecque (Crétoise), étudie à l'Institut Polytechnique d'Athènes (architecte, ingénieur civil), avant de s'engager dans la composition musicale à Gravesano avec Hermann Scherchen, puis en 1948 au Conservatoire de Paris avec Olivier Messiaen, Darius Milhaud, Arthur Honegger (sachant que comme résistant antifasciste de la Seconde Guerre Mondiale, il est plusieurs fois emprisonné, grièvement blessé -visage gauche fracassé avec une énorme cicatrice et perte d'un œil-, et condamné à mort en Grèce, puis exilé, réfugié politique en France depuis 1947, et enfin naturalisé Français en 1965) ; jusqu'en 1960, il est collaborateur de l'architecte Le Corbusier et mène son activité de compositeur en parallèle (son tropisme pour la sculpture trouve sa concrétisation plastique dans sa musique où le son est façonné) : au-delà et par antidote cérébral (et en reflet de sa personnalité multiple), il se consacre aux recherches musicales théoriques (CNRS) et à l'enseignement à l'Université de l'Indiana (USA), à la City University de Londres et à la Sorbonne à Paris ; il n'a plus composé à partir de 1997 (et sa maladie-calvaire avait déjà débuté 10 ans plus tôt). Site Internet (association d'amis): www.iannis-xenakis.org... Première œuvre significative : "Zyia" (1952, pour soprano solo, chœur d'hommes à 10 voix, flûte et piano, avec ses ostinatos graves de piano contrasté par la psalmodie). Instrument pratiqué : (?).Moderniste-Stochastique. Iannis Xenakis est un des 10 compositeurs majeurs de la Musique Contemporaine qui est porté par son vif penchant pour l'originalité du langage et des alliages d'instruments, par l'architecture structurée (influence Française), par la notion d'espaces (en général grands, souvent redistribués par rapport aux mises en place traditionnelles), plutôt que par l'utilisation du vocabulaire sériel des compositeurs de sa génération (il n'a pas pratiqué la forme du sérialisme, il est souvent poly-tonal) ; il est l'inventeur des clusters modernes pour orchestre (en opposition au pointillisme sériel) : des blocs tranchants et clairs de cellules musicales en masse (telluriques), auxquels il ajoute une dimension aléatoire (stochastique) ; les mathématiques constituent pour lui un modèle et un levier compositionnel a priori, avec une traduction musicale a posteriori, et un résultat paradoxalement riche en émotions envoûtantes (et teinté de romantisme) ; sa musique, riche de plus de 200 numéros d'opus (hétérogènes), est sans pareille, polymorphe, énergique (qui vient de l'estomac, donc plus instinctive et projective qu'intellectuelle et distanciée), marquée par les paysages rudes, la mer, la tragédie Grecque (archaïsme), et aussi d'une belle inventivité, tout du moins jusqu'au milieu des années 80, après quoi, elle semble peu à peu se stéréotyper (quoique trop peu jouée) et verser dans plus de facilité (hédonisme, immédiateté, sur-utilisation du glissando) ; par ailleurs, l'informatique le passionne dès son émergence : création du CEMAMu (Centre de Mathématique et Automatique Musicales) en 1965, intérêt pour les correspondances entre dessin et musique, et mise au point, dans les années 70, d'une première version de l'UPIC, logiciel (balbutiant) d'informatique musicale qui traduit automatiquement des graphiques en musique (version «live», en 1987) ; il est aussi fasciné par le son et la lumière (installation à l'exposition universelle de Montréal au Canada, en 1977) ; il reste le compositeur moderne essentiel, avec John Cage, de pièces pour percussions seules… Pièces emblématiques : "Metastaseis" (1955, pour 60 musiciens), "Pithoprakta" (1956 pour orchestre à cordes, 2 trombones et percussions), "Dimorphoses II" (1957, pour bande), "Syrmos" (1959, pour 18 cordes), "Eonta" (1963), "Oresteia" (1966, pour 2 chœurs et 12 instruments), "Terretektohr" (1966, pour orchestre spatialisé), "Nomos Alpha" (1966, pour violoncelle seul, avec une scordatura sur la note do), "Nuits" (1968, pour 12 voix mixtes solistes ou chœur mixte, microtonales avec phonèmes), "Persephassa" (1969, pour 6 percussionnistes spatialisés, envoûtant), "Kraanerg" (1969, pour orchestre et bande), "Psappha" (1976, pour percussion, avec un chant très rythmique), "Jonchaies" (1977, pour 109 musiciens), "Pléïades" (1979, pour 6 percussionnistes, un monument), "Nekuia" (1980, quasi rituel funéraire), "Aïs" (1981, pour baryton, percussion et orchestre), "Tetras" (1983, pour quatuor), "Thalleïn" (1984, pour 14 musiciens), "Jalons" (1986, pour 15 musiciens), "Okho" (1989, pour 3 musiciens, non écouté).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1955Metastaseis (orchestre) [33 ans]Orchestre (grand). Les clusters d'orchestre sont ici pour la première fois mis en place sous forme de blocs massifs aléatoires, résultant des 70 musiciens jouant 61 parties réelles, ce qui constitue un pari audacieux, avec un résultat sidérant de bea… … suite | … plus (portrait compositeur)10xxxxx+++
1963Eonta (piano, 2 trompettes, 3 trombones) [41 ans]Piano-Vents. Une œuvre spatialisée, en 2 parties, marquée par la violence barbare et grandiose des cuivres (allant jusqu'au sur-aigu), contrastant avec les scintillements du piano, parfois frénétique, d'autres fois mystérieux ou arachnéen ; la pièce … … suite | … plus (portrait compositeur)20xxx++
1966Nomos Alpha (violoncelle) [44 ans]Violoncelle-solo. Une œuvre d'une grande pureté expressive, presque sauvage, à la tonalité unique par la modification de la 4ème corde (la note do), dé-tendue, donnant des sonorités de bourdons, qui contrastent avec le registre aigu de l'instrument ;… … suite | … plus (portrait compositeur)16xxx+++
1968Nuits (voix solistes) [46 ans]Chœur. Une œuvre (pour 12 voix mixtes, a capella, dédiée à des détenus politiques) au fort contenu émotionnel sur des phonèmes Sumériens, Assyriens, Achéens et autres, avec des jappements, des piaillements ; une pièce plutôt linéaire, tendue à l'extr… … suite | … plus (portrait compositeur)12xxxx+++
1969Persephassa (percussions) [47 ans]Percussions. Une œuvre qui reste un des sommets de la musique percussive et qui est inhabituellement longue pour ce pupitre seul (6 percussionnistes, entourant le public) ; des séquences, en grappes, rituelles, parfois dionysiaques, aux rythmes compl… … suite | … plus (portrait compositeur)24xxx++++
1974Antikhthon (orchestre) [52 ans]Orchestre (grand, 86 musiciens). Intransigeance et rudesse caractérisent cette pièce (aux idées un peu datées) en 5 sections : une introduction, une 1ère moitié en 3 sections et une 2ème moitié d'un seul tenant, aboutissement et point culminant ; à l… … suite | … plus (portrait compositeur)22xx+++
1979Pléïades (percussions) [57 ans]Percussions. Un monument polyrythmique, long et imposant, pour 6 percussionnistes avec initialement une chorégraphie ; le titre "Pléïades" issu de la mythologie Grecque signifie multiplicité, pluralités, et fait allusion à la constellation des Pléiad… … suite | … plus (portrait compositeur)42xxxx++++
1983Tetras (2 violons, alto, violoncelle) [61 ans]Quatuor-Cordes. Une œuvre vraiment originale (et prenante) où le traitement des 4 instruments à cordes se fait en masse sonore, alors que la polyphonie est la règle ; le titre "Tetras" reprend le chiffre Grec quatre terminé par un s pour signifier "à… … suite | … plus (portrait compositeur)15xxx++
1984Thalleïn (14 musiciens) [62 ans]Ensemble (petit). Une œuvre dont le titre Grec signifie bourgeonnement avec un début époustouflant aux tutti Scelsiens, en syncopes coupantes et pulsations tribales erratiques (avec des effets de glissandi en quarts de ton tournoyants, à la limite de… … suite | … plus (portrait compositeur)17xxxx+++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendelégendelégendeNé le 29 Mai 1922

M.A.J.-Actus : 2015/06/16.
Mort le 4 Février 2001 ; rétrospective de 30 pièces au festival Acht Brücken de Cologne (Allemagne), du 30 Avril au 12 Mai 2013 ; journées-portrait pour sa musique électroacoustique, les 23, 24, 25 Mai 2012, à l'Université de Paris 8 ; concert-hommage avec "Nomos Alpha" et "Kottos" (pour violoncelle seul), à l'abbaye de Royaumont, le 10 Septembre 2011 ; en Septembre 2010, hommage en plusieurs concerts à Musica de Strasbourg ; une exposition à New York jusqu'au 4 Avril 2010 sur ses dessins ; reprise de "Pleïades", le 19 Juin 2010, à l'Ircam ; en Octobre 2009, florilège à la Cité de la Musique à Paris, avec nombreuses reprises ; un site Internet spécifique à l'UPIC (organe électro-acoustique du compositeur) est à http://www.centre-iannis-xenakis.org ; le site officiel est (bien) géré par une association d'amis. Site Internet personnel (pas d'extraits musicaux): www.iannis-xenakis.org

* Conseil-découverte : "Terretektohr" (1966, pour orchestre spatialisé) |

* Conseil-approfondissement : "Metastaseis" (1955, pour petit orchestre) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 16-Juin-2015

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page