legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* KRZYSZTOF PENDERECKI (1933 - 83 ans), Pologne

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Krzysztof Penderecki [1933, Pologne (Debica) - ] (prononcer «kchichoff penndéretski») étudie la composition avec Franciszek Skolyszewski, puis avec Artur Malawski et Stanislaw Wiechowicz, à l'École supérieure de musique de Cracovie ; dès la fin de ses études en 1959, il y enseigne, et en 1972, il en devient le recteur ; une dimension importante de l'homme est sa foi Catholique intense qui se retrouve dans certaines de ses pièces les plus dramatiques (et authentiques) ... Première œuvre significative : Strophes (1959). Instrument pratiqué : (?).Opportuniste-National. Krzysztof Penderecki est un compositeur renommé, médiatisé, qui a suivi tous les courants de la Musique Contemporaine (Sériel, Aléatoire, puis Post-moderne, sauf électronique), mais avec le recul du temps cette notoriété paraît sur-estimée, conséquence davantage d'une ambition personnelle que d'une vision inspirée, certaines de ses œuvres anciennes résistant mal à l'épreuve du temps et les plus récentes étant conventionnelles, dépassées et/ou ostentatoires (monumentales) ; sa musique initiale est riche d'effets sonores inédits et captivants, hardie voire expérimentale, à l'écriture efficace mais déjà simplifiée, utilisant l'ultrachromatisme, les clusters, les glissandi, le hasard, faisant sonner les cordes de manière inhabituelle (frottements criards), à tel point que, jusqu'au début des années 1970, elle est attachée au radicalisme de l'avant-garde ; ensuite, son style évolue progressivement vers le conservatisme officiel (superficiel), le religieux conformiste, et même le néo-tonal, avec un métier certain (la date-pivot dans l'évolution de son esthétique est 1968, avec sa "Passion", pour une série de cantates-oratorios, à caractère religieux et monumental, renouant avec le romantisme tardif, encore appelé néo-romantisme), mais avec une inspiration irrégulière (depuis 1975-1980) ; son esthétique continue est marquée le goût de l'emphase, le compromis des extrêmes (sans les occulter), la profondeur de la foi, l'émotion exprimée qui bouleverse… Pièces emblématiques (sur un total de plus de 100, inégal, avec de récents concertos ; dernière pièce importante au catalogue : Symphonie n°8, 2005) : "Emanations" (1959, pour 2 orchestres à cordes), Quatuor n°1 (1959, pour quatuor à cordes), "Anaklasis" (1959, pour petit orchestre, avec ses clusters légendaires), "Thrènes pour les Victimes d'Hiroshima" (1961, une pièce majeure, en clusters suraigus), "Polymorphia" (1962, pour orchestre à cordes), "De Natura Sonoris I-II" (1966-1971, pour orchestre, musique tachiste), "Dies Irae à la Mémoire des Victimes d'Auschwitz" (1968, pour voix et orchestre), "Passion selon Saint Luc" (1966-1968, oratorio, avec un traitement hanté, presque mystérieux, des voix, y compris "Stabat Mater", 1963), "Les Diables de Loudun" (1969, opéra), "Cosmogonie" (1970, pour voix orchestre, non écoutée en concert), Symphonie n°1 (1973, pour orchestre), "The Awakening of Jacob" (1974, pour orchestre), Concerto pour violon (1977), Concerto pour alto (1983, non écouté en concert), "Requiem Polonais" (1984-2005, pour orchestre, 4 voix solistes, chœurs, somptueusement orchestré, néo-romantique), "Passaglia" (1988, pour petit orchestre, avec nombreux ostinatos, encore à mi-chemin entre ses 2 styles).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1959Anaklasis (42 musiciens à cordes et percussions) [26 ans]Orchestre (petit). Une œuvre emblématique de la musique de l'époque (librement sérielle) qui au contraire d'autres de ce compositeur a conservé sa force (mais aussi son abstraction) : 3 parties, les cordes (y compris harpe, célesta, piano), les percu… … suite | … plus (portrait compositeur)9xxx++
1961Thrène à la Mémoire des Victimes d'Hiroshima (52 musiciens à cordes) [28 ans]Orchestre (petit, à cordes uniquement, avec 24 violons, 10 altos, 10 violoncelles, 8 contrebasses). Une musique d'effroi, unique, un déferlement sonore d'une violence incroyable avec des sirènes, sifflements, hurlements suraigus, insupportables, atro… … suite | … plus (portrait compositeur)10xxxxx+++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendelégendeNé le 23 Novembre 1933

M.A.J.-Actus : 2015/01/08.
Création de "Dies illa" pour 3 voix solistes, 3 chœurs et orchestre, le 9 Novembre 2014 à Bruxelles ; musicien officiel en Pologne (fréquemment joué) ; joué régulièrement en Allemagne ; il a voulu (et obtenu, via des fonds Européens) la construction d'un Centre Européen de la Musique Krzysztof Penderecki, dans la campagne de Cracovie près de Luslawice, petite localité à une heure de route (là où il réside) pour la formation de jeunes talents (inauguré en 2013) ; très peu d'actualités en France (à notre connaissance), depuis le festival Présences qui lui était consacré en 2006... et à l'écoute duquel on a pu regretter le vieillissement de ses œuvres anciennes et l'académisme des récentes (hélas) ; le site Internet pointe sur la page de son éditeur Schott . Site Internet personnel (pas d'extraits musicaux): www.penderecki.de

* Conseil-découverte : "Requiem Polonais" (1984-2005, pour orchestre, 4 voix solistes, chœurs) |

* Conseil-approfondissement : "Thrènes pour les Victimes d'Hiroshima" (1961, pour ensemble de cordes) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 1-Novembre-2011

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page