legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* HARRY PARTCH (1901 - 1974), USA

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Harry Partch [1901, USA (Oakland, Californie) - 1974, USA (San Diego, Californie), décédé à 73 ans] est un théoricien autodidacte et artisanal, vivant en marge de la société et ignoré par la majorité des institutions musicales ; initié précocement à la musique Mexicaine locale, puis à celle des Indiens Yaqui en Arizona, par ses parents, anciens missionnaires presbytériens en Chine, qui l'élèvent au son des berceuses et des chants folkloriques ; malgré quelques voyages de jeunesse, son ancrage est lié à la côte Ouset des USA (loin des cercles New-Yorkais) ; sa rupture décisive avec l'héritage musical est consommée en 1930 lorsqu'il brûle ses compositions des 14 années précédentes ; dans les années 1950-1960, il s'oriente vers des compositions de grande échelle, théâtrales et dramatiques (y compris pour des musiques de film), avec un instrumentarium spécifique, marquées par l'ambiance sociétale de son temps (par exemple, flower power) ; par exemple, son 1er instrument original inventé, nommé «monophone», est construit sur un corps d'alto, avec un manche de violoncelle et avec, sur la longueur de corde obtenue, des positions acoustiquement plus précises que les degrés de la gamme chromatique tempérée ; il est une sorte de luthier puisque beaucoup d'autres instruments sont créés pour une gamme microtonale élargie (en 43èmes de tons inégaux, entre autres), notamment percussifs (sur verre, sur bois), à soufflets, à cordes pincées, amplifiés ou non (ad libitum) ; il a publié son crédo théorique microtonal en 1949 sous le titre «Genesis of a Music» [genèse d'une musique] ; sa vie n'a pas été un long fleuve tranquille : hobo vagabond (on dirait aujourd'hui SDF) pendant la crise économique avant guerre, toujours en situation instable, après (en quête de subsistance et d'être joué), avec de rares périodes de sécurité matérielle (bourses, notamment universitaires, souscriptions publiques). Site Internet : www.harrypartch.com... Première œuvre significative : "Poems of Li Po" (1931-1962, versions A à F, pour voix et alto). Instrument pratiqué : clarinette, harmonium, guitare, violon, alto et piano..Inclassable-Isolé (tendance microtonale). Harry Partch a puisé son inspiration musicale hors de la tradition Européenne et se décrit lui-même comme un artisan-musicien-philosophe, avec des dons de menuiserie (pour transformer les instruments) ; il est reconnu comme un théoricien de la musique (l'intonation juste étendue) et comme un compositeur novateur (original et marginal), iconoclaste (anti-conformiste) et authentiquement Américain de Musique Contemporaine (dans un melting pot total, tonal le plus souvent, avec des sons et des bruits, du folk song, de la country music, des collages hétéroclites, etc.), par son choix hors norme d'un langage en micro-intervalles divisant l'octave en 43ème de ton (et non en 12 demi tons égaux), ce qui le conduit à inventer de nouveaux instruments (étranges, par le son produit, par la forme), ou à en modifier d'autres profondément, entre 1930 et 1940, dans les percussions et cordes (classés en «chordophones, idiophones et aérophones»), parallèlement au Morave, Alois Hába, qui, lui, fait créer un double piano, une guitare et des instruments à vents pour des 6èmes et 12èmes de ton (1924-1943) ; sa musique monophonique, qui vise un hypothétique état primitif, rituel et magique, généré par des corps mis en résonance, est injouable sur d'autres instruments que les siens et ne ressemble à aucune autre (à ne pas mettre dans les oreilles bien pensantes) ; ses partitions paraissent linéaires (voire simplistes), leurs complexités, notamment rythmiques et chromatiques (novatrices), ne se révélant qu'à l'écoute attentive ; il est tôt accueilli avec enthousiasme par le public et soutenu par les étudiants des universités, mais les professionnels des institutions de musique lui sont en général demeurés relativement hostiles (d'où la vente de ses compositions, écrits, instruments originaux, réalisée par souscription, et ses musiques de films, et ses pièces souvent théâtrales, de type mélodramatiques)… Pièces emblématiques (catalogue limité, à géométrie variable) : "Barstow" (1941, révisé en 1968, pour 2 récitants et guitare modifiée-amplifiée, ou instruments originaux, non écouté en concert, dans la suite autobiographique "The Wayward" [L'Indocile]), "Yankee Doodle Fantasy" (1944, non écoutée en concert), "Oedipus" (1952, pour voix et ensemble, non écoutée), "The Bewitched" (1956, pour soprano et ensemble d'instruments traditionels et originaux), "Revelation in the Courthouse Park (1960, non écoutée), "And on the 7th Day Petals Fell in Petaluma" (1966, pour ensembles variables d'instruments originaux), "Delusion of the Fury" (1969, drame théâtral pour chant, danse et ensemble, en 2 actes contrastés, un conte biblique).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1966And on the 7th Day Petals Fell in Petaluma (instruments originaux et percussions) [65 ans]Cordes (modifiées)-Percussion. Cette œuvre est emblématique du style de Partch, car elle utilise la plupart de ses créations d'instruments artisanaux (par exemple, guitare et cithare dérivées) ; en 34 sections courtes (environ 1 minute chacune), les … … suite | … plus (portrait compositeur)36xxx++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendeNé le 24 Juin 1901

M.A.J.-Actus : 2016/06/19.
Mort le 3 Septembre 1974 ; reprise de "Delusion of the Fury", pour chants et instruments modifiés (réussie), avec mise en scène, le 18 Juin 2016 (en tournée), par l'Ensemble Musik Fabrik, à Paris la Villette ; reprise (réussie, avant tournée Européenne) de "And on the 7th Day Petals Fell in Petaluma", par l'Ensemble Musik Fabrik, pour la Salzburg Bienale le 6 Mars 2015 (aussi à Munich) ; régulièrement joué aux USA ; très peu d'actualités (à notre connaissance) en France, dommage ; le site Internet n'existe plus en 2012 (temporairement?). Site Internet personnel (pas d'extraits musicaux): www.harrypartch.com

* Conseil-découverte : "And on the 7th Day Petals Fell in Petaluma" (1966, pour ensemble) |

* Conseil-approfondissement : "Delusion of the Fury" (1969, pour chants, danse et ensemble) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 19-Juin-2016

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page