legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* EMMANUEL NUNES (1941 - 2012), Portugal

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Emmanuel Nunes [1941, Portugal (Lisbonne) - 2912, Paris (France)] (prononcer «nounèss» à la Française ou «nounesssch» à la Portugaise) étudie à Lisbonne, de 1959 à 1963, l'harmonie, le contrepoint et la fugue à l'Académie de Musique, avec Francine Benoît (et parallèlement, de 1961 à 1963, la philosophie) ; puis il s'établit à Paris dès 1964 dans une démarche anti-dictature Salazariste (Paris qu'il ne quitte plus que par intermittence sauf à la fin de sa vie pour un retour à ses origines Portugaises) ; il voyage pour élargir son apprentissage compositionnel, d'abord à Darmstadt (1963-1965), avec Henri Pousseur et Pierre Boulez, puis à Cologne (1965 à 1967), avec Karlheinz Stockhausen et Jaap Spek (musique électronique), et séjourne à Paris (Conservatoire, en 1976-1977), puis à Berlin (DAAD, en 1978-1979), avant de se tourner vers l'enseignement (Harvard, Lisbonne), et d'habiter à Fribourg-en-Brisgau de 1986 à 1992, et Paris, depuis 1992, en tant que professeur de composition au Conservatoire de Paris, jusqu'à sa retraite en 2006 ; personnage éminemment sympathique et dynamique, sa vie a été irrémédiablement marquée-handicapée par une paralysie partielle (pour le profane, une polio, pour le médecin, une infirmité motrice cérébrale périnatale avec des troubles de motricité majeurs et des mouvements des membres involontaires), lui rendant les déplacements malaisés et l'élocution altérée ce qui a contribué à une forte muraille intérieure et à un combat permanent ; mais il a accompli ses activités publiques grâce à un courage et à une volonté exceptionnels, unanimement salués ; l'homme a maintenu toutes ses capacités cérébrales intactes, mais il est nerveux, tendu et d'une exigence exceptionnelle (envers lui-même, destruction de manuscrits, envers les exécutants pour le respect du texte), tout en ne versant pas dans la négation ou le repli (son sourire, certes en rictus, reste dans les mémoires)... Première œuvre significative (tardive, à 30 ans) : "Litanies du Feu et de la Mer" (1971, pour piano), "Omens I et II" [Présages] (1972, pour ensemble de chambre). Instrument pratiqué : piano (péniblement).Moderniste-Postsériel. Emmanuel Nunes est un compositeur établi qui a développé, à partir de l'héritage sériel (notamment de Henri Pousseur et de Karl-Heinz Stockhausen avec l'électroacoustique et la «forme momentanée» ou Momente Form), une recherche propre en matière de spatialisation et de temps réel (électronique live), 2 paramètres importants de son écriture (à partir de 1989 et jusqu'à sa mort, il travaille assidûment à l'Ircam) ; son style, singulier, rigoureux, affirmatif (certains disent impérieux) et exigeant pour l'auditeur (mais ni hermétique, ni hyper-dissonant), est signé par une esthétique propre de l'harmonie (plutôt sèche, voire rugueuse) et du timbre (plutôt resserré), souvent fondés sur des nombres déterminés de notes ou des chiffres (une magie intellectuelle, beaucoup de structure), par une poésie de l'intelligence, mais aussi du rêve et de la sensualité intériorisée ; sa musique paraît souvent segmentée (des pleins et des déliés au sein d'une figure en mouvement), avec des pulsations à la régularité cachée sur des trajectoires courtes et rapides, donnant une impression auditive de mouvance errante (accentuée par la spatialisation) ; il est l'un des rares compositeurs contemporains à avoir conservé une trajectoire homogène dans son esthétique (toujours moderniste, sans retour partiel à la sonorité, sans élargissement de l'accessibilité) et même ses pièces de la fin possèdent une sècheresse et un ascétisme accrus, peut-être après la déception du demi-échec de son opéra, si peu représenté ; sa musique, plutôt difficile d'accès, demande plusieurs écoutes (et des interprètes talentueux) pour révéler sa plénitude et ses ambitions… Pièces emblématiques (sur un total limité d'environ 60, en sachant que les nombres suivant les pièces ne correspondent pas à des séries comparables, mais à des étapes d'un cycle au nom parfois différent, et que souvent il a révisé ses pièces queqlques années après leur création, reflet de son exigence et de son insatisfaction personnelles): "Ruf" (1977, pour orchestre et bande), "Nachtmusik I" (1978, pour quintette avec ou sans électronique, à l'ambiance unique mélancolique-nostalgique), "Chessed I-IV" (pour quatuor ou 4 ensembles, avec ou sans orchestre, I, 1979, II, 1979, III, 1991, IV, 1994), "Tif'Ereth" (1985, pour 6 instruments solistes et 6 groupes orchestraux, 80 minutes, non écoutée en concert), "Aura" (1991, pour flûte seule, vertigineuse par ses jeux harmoniques), "Quodlibet" (1991, opéra de chambre spatialisé, paysagiste), "Machina Mundi" (1991, pour 4 instruments solistes, chœur, orchestre et bande magnétique), le cycle des "Lichtung" (pour ensemble variable avec dispositif électroacoustique, I, 1992, II, 2000, III, 2007), "Das Märchen" (2008, opéra inspiré du «Serpent Vert» de Goethe, non écouté en concert, avec 2 extraits en 2004 et 2006, pour ensembles, "Epures du Serpent I et II" et surtout, en 2007, un développement spécifique pour 3 altos indépendants ou avec re-recording, "La Main noire", ludique et stupéfiant).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1978Nachtmusik I (cor Anglais, alto, violoncelle, trombone, clarinette) [37 ans]Quintette (varié : cor Anglais, alto, violoncelle, trombone, clarinette basse en si bémol, en se rappelant que même si les interprètes ne bougent pas, des effets de spatialisation sont obtenus par un jeu des pupitres par groupes de 2 et, éventuelleme… … suite | … plus (portrait compositeur)33xxx++++
1980Einspielung II (violoncelle solo) [39 ans]Violoncelle (seul). Une pièce brillante et fascinante qui a marqué son répertoire, lequel est pourtant rempli de chefs d'œuvre ; la pièce recèle un enchevêtrement quasi permanent de plusieurs motifs qui sont rarement exposés dans leur intégralité, ce… … suite | … plus (portrait compositeur)13xxxx+++
1991Quodlibet (solistes et orchestre) [50 ans]Orchestre (grand avec solistes). Une œuvre spatialisée qui est une sorte de ballet avec solistes, d'une précision métronomique (le chronomètre est un accessoire indispensable à l'exécution) ; le dispositif encerclant le public est établi en fonction … … suite | … plus (portrait compositeur)56xxx++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendelégendelégendelégendeNé le 31 Août 1941

M.A.J.-Actus : 2013/03/27.
Mort le 3 Septembre 2012 ; Création de "Einspielung", le 16 Juin 2011, version avec électronique, à Paris, Centre Pompidou ; création de "Das Märchen", opéra, le 25 Janvier 2008, à Lisbonne ; reprise des "Litanies", à la Cité de la Musique, le 15 Juin 2007 ; pas de site Internet personnel, dommage (devrait être réalisé par ses amis, depuis sa mort)

* Conseil-découverte : "Chessed I-IV" (1979-1994, pour 4 ensembles) |

* Conseil-approfondissement : "Quodlibet" (1991, opéra de chambre) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 27-Mars-2013

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page