legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* KARLHEINZ STOCKHAUSEN (1928 - 2007), Allemagne

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Karlheinz Stockhausen [1928, Allemagne (Mödrath, près de Cologne) - 2007, Allemagne (Kürten-Kettenberg), décédé à 79 ans] (prononcer «chtokaousène») étudie le piano, la musicologie, la philologie au Conservatoire et à l'université de Cologne, la composition avec Frank Martin et, à Paris brièvement, avec Olivier Messiaen et Darius Milhaud, avant de suivre, en 1951, les Cours d'été de Darmstadt, où il enseigne à son tour 2 ans plus tard ; les aléas de sa jeunesse sont marqués par son origine modeste, la mort de son frère Hermann en 1933, et son destin d'orphelin précoce pendant la guerre (à 13 ans : mère euthanasiée comme handicapée mentale par les Nazis en 1941, père mort au front de l'Est en 1945), par des petits boulots très tôt, le poussant dans sa volonté de réussir ; entrepreneur infatigable, il participe à la création de la radio WDR (Westdeutscher Rundfunk) en 1950 (qu'il dirige à partir de 1962), il co-fonde le studio de Musique Électronique de Cologne en 1953, il suit les cours de phonétique de Werner Meyer-Eppler à l'université de Bonn (1954-1956), tout en dirigeant la revue Die Reihe (1954-1959) ; enfin, il commence à enseigner à Cologne, aux Kölner Kurse für Neue Musik (1963-1968), à l'Université de Pennsylvanie (1965) et à l'Université de Californie (1966-1967), aux USA, sans oublier d'important séjours au Japon (notamment, pour l'Exposition Universelle de 1970, avec composition électronique quasiment en direct!) ; en 1951, et en 1967, ses 2 mariages lui apportent successivement 6 enfants qui, avec des musiciens de passage, forment dans sa maison-cénacle une tribu dévouée, une expertise instrumentale ouverte à l'expérimentation, et aussi un champ de typification de personnages (notamment pour son septuple opéra "Licht" ou son théâtre musical) ; à partir de la fin des années 70, notamment dans le cadre de son œuvre gigantesque "Licht", et en raison d'une certaine désaffection des milieux musicaux officiels, y compris en Allemagne, il s'isole en s'établissant dans le village de Kürten, se consacre intensément à la composition et publie lui-même ses partitions et leurs enregistrements, et devient de plus en plus mystique, global, protéiforme et cosmique, avec un fort désir d'universalité (le dernier des compositeurs utopistes) ; le personnage est écorché (drames de l'enfance) : la rumeur l'a dit sectaire, rigide, arrogant, théoricien dans les années 50-70 (comme beaucoup d'autres créateurs-artistes... dans cette période de reconstruction), puis déphasé, mégalo-stratosphérique, déboussolé-désinspiré après les années 80 (surtout suite à sa remarque mal comprise puis déformée, après l'attentat du 11 Septembre 2001 à New York), mais c'est totalement faux ; ce qui frappe est sa curiosité insatiable, son désir de dépassement, sa minutie, son optimisme, son exigence personnelle, son opportunisme expérimental (le rebond sur la phrase précédente, Germanique, sans la logique Française, ou sur l'idée d'un autre selon ses détracteurs), sa tension dynamique envers la réussite sociale, et aussi sa gentillesse (sa non-agressivité) et son monde intérieur (qui va peu à peu dériver vers le cosmos, le mysticisme, le monumental et le démesuré), avec hélas une certaine accommodation avec les faits, la chronicité ou même la réalité. Site Internet (en Anglais et Allemand) : www.stockhausen.org... Première œuvre significative : "Kontra-Punkte" (1953, 10 musiciens, sérielle). Instrument pratiqué : piano.Moderniste-Sériel-Innovateur. Karlheinz Stockhausen est un des 10 compositeurs majeurs de la Musique Contemporaine (sériel, électroacoustique, et fusionnel intuitif) : depuis 1953 et pendant au moins 25 ans, il ne cessera d'innover et de surprendre, comme fer de lance, avec Pierre Boulez et Luciano Berio (complémentaires), de l'avant-garde contemporaine (sans compter les embrigadeurs comme Luigi Nono, voire Henri Pousseur) ; historiquement, son itinéraire (de pionnier) se construit selon au moins 10 mots clés séquentiels et souvent additifs : (1) sérialisme pointilliste, (2) groupes, (3) spatialisation du son, (4) temps électronique, (5) interprétation ouverte, (6) musique instantanée («Moment Form»), (7) collages, (8) méditatif, (9) théâtre musical, (10) par formule (par dilatation proportionnelle, en réintégrant la dimension mélodique, avec transformation sans répétition, sans variation, sans développement, depuis "Formel" en 1970) ; durant ses 30 dernières années, il se concentre sur 4 longs cycles cosmiques qui aboutissent à des œuvres monumentales, voire démesurées, dans un style de plus en plus fusionnel et intuitif (d'influence Yoga, mystique, cosmogonique et planant, mais moins radical, moins rigoureux et souvent moins inventif... et objectivement moins inspiré) : successivement, "Sternklang" (les constellations du ciel), "Sirius" (les 12 mois), "Licht" (les 7 jours de la semaine) et "Klang" (les 24 heures de la journée, resté inachevé, ou, limité à 21, soit 3 fois 7, son chiffre fétiche) ; même si une certaine cohérence s'impose dans la globalité de sa création, il reste le compositeur capable d'écrire des pièces extrêmement différentes (une pièce crée son propre style, son identité, sa représentation)… Pièces emblématiques (sur un catalogue de plus de 250, avec -semble-t-il au gré d'un peu de recul- beaucoup de déchet après 1978) : Klavierstücke I-IV (1954, pointillistes), V (1954), VI, VII et VIII (1955), IX et X (1961), XI (1957, co-création de l'œuvre ouverte avec la 3ème Sonate de Boulez), XIV (1985, pour piano amplifié), "Gesang der Jünglinge [Chant des Adolescents]" (1956, surtout électronique), "Zeitmasse" (1956, pour 5 bois), "Gruppen [Groupes]" (1958, pour 3 petits orchestres), "Zyklus [Cycle]" (1959, percussion solo), "Kontakte [Contacts]" (1960, électroacoustique), "Carré" (1960, pour 4 orchestres), "Stimmung" (1968, pour 6 vocalistes, méditative), "Momente" (1962-1971, pour voix et ensemble), "Hymnen" (1969, pour bande et orchestre), "Mantra" (1970, pour percussions), "Sternklang" (1971, musique dans un parc), "Tierkreis" (1975, pour clarinette basse, piano et petite boîte à musique, une pièce ludique avec pied-de-nez puéril, non écoutée en concert), "Sirius" (1977, pour synthétiseur et soprano, basse, clarinette basse, trompette), "Inori" (1978, pour ensemble amplifié, et un ou deux danseurs), "Licht" (1981-2003, 7 opéras, en 7 journées, totalisant 29 heures de musique, d'inspiration très hétérogène, non écoutées en totalité, avec dans "Mittwoch", le saisissant Quatuor "Helikopter", immortalisé par une chorégraphie de Preljocaj, pour lequel les 4 instrumentistes se trouvent chacun dans un hélicoptère, transformé en studio volant, avec mixage de la musique et du bruits des rotors, et aussi le monumental "Weltparlament"), "Klang, Himmelfahrt" (Première Heure, 2005, pour ténor, soprano et orgue/synthé).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1954Klavierstücke I-VIII (piano) [26 ans]Piano-Etudes. Une double série (I à IV, V à VIII) d'études incontournables des débuts de la musique sérielle (dite pointilliste, poussant aux limites extrêmes la discontinuité de l'écriture Webernienne, surtout le 2ème et le 3ème (historiquement les … … suite | … plus (portrait compositeur)48xxx+
1956Gesang der Jünglinge (bande) [28 ans]Electronique. Une œuvre phare des débuts de la période électronique (titre : "Chant des Adolescents"), combinant des sons concrets (enregistrés par micros) et des sons électroniques (synthétisés par oscilloscope) ; la voix humaine (une voix d'enfant … … suite | … plus (portrait compositeur)13xxxx++
1957Klavierstück XI (piano) [29 ans]Piano-Etudes. La pièce la plus célèbre de la série (par son côté provocateur), la onzième, est simplissime : sur une seule feuille de partition de très grand format, sont placées 19 cellules musicales de façon irrégulière et l'interprète en choisit u… … suite | … plus (portrait compositeur)14xxxx++
1958Gruppen (3 orchestres) [30 ans]Orchestre (grand, divisé et spatialisé). Les 3 ensembles orchestraux (qui, par leur séparation, permettent l'étagement des tempi) sont disposés en fer à cheval, leur organisation étant homogène pour permettre de faire passer les sons d'un orchestre à… … suite | … plus (portrait compositeur)24xxxxx++
1960Kontakte (piano, percussions et bande) [32 ans]Piano-Percussion (avec bande à 4 pistes et haut-parleurs, en utilisant un générateur d'impulsion, plusieurs filtres et une chambre d'écho). Un duo avec électronique (musique mixte) qui marque une étape majeure de la Musique Contemporaine : la bande e… … suite | … plus (portrait compositeur)35xxx+++
1960Carré (4 orchestres et 4 chœurs) [32 ans]Orchestre-Chœur. L'œuvre est un prolongement de "Gruppen", mais va beaucoup plus loin : lentes osmoses, structures imbriquées, transformations progressives, à la fois statiques et autonomes, nuages de sons ; pour l'anecdote, l'inspiration conceptuell… … suite | … plus (portrait compositeur)11xxxx++
1961Klavierstück IX (piano) [33 ans]Piano-Etudes. La neuvième pièce de la série, également célèbre, est focalisée sur l'étude de la résonance ; elle est bien moins inaccessible que les autres pièces créées jusqu'à 1961 et elle commence par une déclamation peremptoire et fulgurante tout… … suite | … plus (portrait compositeur)11xxxxx+++
1962Momente (soprano solo, 4 chœurs et 13 musiciens) [34 ans]Ensemble-Voix. Avec frappe de pieds et de mains (des applaudissements rythmés, plagiés et schématisés à partir du rituel des auditeurs de la salle de concert), avec déclamation, chant, parler-chanter, soulignés par les instruments, cette œuvre (une p… … suite | … plus (portrait compositeur)113xxx+++
1962Klavierstück X (piano) [34 ans]Piano-Etudes. La dixième pièce de la série, d'une virtuosité époustouflante, est caractérisée par ses clusters fracassants (avec la paume de la main, le poignet, le bras), par sa sur-densité (nécessitant une triple portée), par sa vitesse maximale at… … suite | … plus (portrait compositeur)23xxxxx++
1968Stimmung (2 sopranos, mezzo-soprano, ténor, baryton, basse a cappella) [40 ans]Chœurs-Voix. Une œuvre à caractère religieux (mystique) tenant à une communauté fervente, recueillie, méditative et mystique, et innovante : les 6 voix chantent en soutenu un accord (l'accord majeur de si bémol) en émettant les harmoniques (une bande… … suite | … plus (portrait compositeur)70xxx++++
1969Hymnen (musique électronique, orchestre) [41 ans]Orchestre (petit)-Bande. Sur le plan électronique, cette œuvre est une expérience de dé-structuration du temps par répartition et élargissement d'évènements simples et mémorisables, sur le plan de la couleur et du matériau, elle a été rattachée de ma… … suite | … plus (portrait compositeur)45xx++++
1970Mantra (2 pianos, 1 modulateur en anneau, 2 wood-blocks, 2 séries de cymbales) [42 ans]Piano-Percussions. Polyphonique et polyrythmique, cette œuvre est entièrement générée par une formule de 13 sons, le dernier étant le silence : les 2 pianistes jouent pour obtenir un effet de gamelan Balinais, et suggèrent, à plusieurs reprises, par … … suite | … plus (portrait compositeur)63xxxxx+++
1977Sirius (soprano, basse, clarinette basse, trompette, électronique) [49 ans]Vents-Voix. Une œuvre cosmogonique (les commentaires du compositeur sur sa pièce montrent qu'il est un fervent lecteur de S.F.), comprenant de la musique électronique (imaginative) avec trompette, clarinette basse, 2 voix humaines (soprano aigu et ba… … suite | … plus (portrait compositeur)96xxx++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendelégendeNé le 22 Août 1928

M.A.J.-Actus : 2014/05/27.
Mort le 5 Décembre 2007 ; un décès brusque après une courte maladie, à quelques mois de ses 80 ans ; le premier anniversaire de sa disparition donne lieu à de nombreux concerts (réussis) à Paris… après, beaucoup moins, et quand il s'agit de pièces récentes (avec des formules) l'auditeur est perdu car la musique semble vide et inhabitée... on a découvert tout de même, en France, le "Weltparlament", une pièce facile mais prenante issue de l'un des opéras "Licht". Site Internet personnel (sans extraits musicaux, avec possibilité d'achat): www.stockhausen.org

* Conseil-découverte : "Mantra" (1970, pour percussions) |

* Conseil-approfondissement : "Gruppen" (1958, pour 3 petits orchestres) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 20-Février-2016

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page