legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* ALFRED SCHNITTKE (1934 - 1998), Russie

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Alfred Garrievitch Schnittke [1934, URSS (Engels, près de Saratov) - 1998, Allemagne (Hambourg), décédé à 64 ans], d'ascendance Juive, issu de père et mère Allemands (séjour déterminant à Vienne, adolescent, 1946-1948, culture et langue Allemandes à la maison, nationalité Allemande demandée et obtenue dès la chute du mur de Berlin, en 1989, sans abandonner la nationalité Russe), étudie d'abord la direction chorale à l'École Musicale de Moscou (1949-1953), puis la composition au Conservatoire de Moscou (1953-1958), dans lequel il enseigne à son tour la composition instrumentale et la lecture de partitions (1961-1972) ; ensuite, il vit principalement de ses compositions de musique de films (B.O.F.) et s'attache à écrire de nombreux articles (analyses et critiques) sur la musique de son temps et les concerts écoutés ; sa renommée de compositeur ne dépasse les frontières de l'ex-URSS qu'au moment du dégel de la Guerre Froide (1965-1968) ; en 1985, en résidence d'été sur la Mer Noire, il est victime d'une grave crise cardiaque le laissant dans le coma (à 3 reprises, le décès clinique est annoncé), ce qui, après rétablissement, l'oblige à réduire ses activités ; en 1990, il quitte la Russie pour s'exiler en Europe (il s'établit définitivement à Hambourg comme professeur de composition à la Hochschule für Musik) ; les crises cardiaques sont récurrentes, comme les séjours de plusieurs mois à l'hôpital (en 1992, il subit une nouvelle crise cardiaque grave, mais il se remet et reprend son travail ralenti de composition -écrivant de la main gauche-, le 4 Juillet 1998, la 5ème, grave et dernière, lui est fatale un mois plus tard). Site Internet personnel (en Allemand) : www.schnittke.de... Première œuvre significative : Sonate n°1 (1963, pour violon et piano). Instrument pratiqué : piano, chœur (chef).Opportuniste (tendance polystylistique). Alfred Schnittke est un compositeur important (encore peu connu en Occident), un musicien pourvu d'une inspiration prolifique et d'une riche musicalité qui comme une éponge absorbe les influences : l'école Russe d'abord (Prokofiev et Chostakovitch), le mouvement dodécaphoniste (Berg), les clusters et le post-sériel ensuite (après la visite de Nono à Moscou en 1963), le collage (Zimmermann), la couleur par les timbres (Lutoslawski), la musique électroacoustique, le postmodernisme et le néo-romantisme enfin, selon une «recette» intuitive, polystylistique, en couches superposées ou en blocs juxtaposés ; son style manie l'art de la transition, de l'association et de la superposition d'idées (ses emprunts incessants, son melting-pot de citations, ses volte-faces, son éclectisme passéiste ont été critiqués, mais comme ils sont pleinement assumés, cohérents, et sans faille dans l'inspiration, il faut davantage le considérer comme un re-créateur, un musicien mélodiste, typiquement Russe) : son esthétique est totalement accomplie à partir de 1968 («seconde» période créatrice, dite polystylistique, à partir de la 2ème Sonate pour violon et piano) ; sa musique possède une grande cohérence en ligne avec le personnage : expressive, de couleur grise à noire (angoisse profonde, malaise existentiel), de tonalité aigre-douce, imprévisible-énigmatique (chaos, climats croisés, courants multiples, emprunts vrais-faux), contant une histoire souvent comique (par dérision ou détournement) ou ludique, voire fantasque ; il a une prédilection pour le violon et autres instruments à cordes, auxquels il a consacré beaucoup d'œuvres, et il a toujours considéré Gustav Mahler comme le maître absolu ; hétéroclite, parfois jusqu'au grotesque, il remanie aussi toute la mémoire collective en la mixant-fondant pour assembler un patchwork qui a du sens, même grossier, même incongru, qui s'appuie sur des formes traditionnelles trahies (fausse symphonie, faux opéra, faux concerto grosso), dans une démarche parallèle à Mauricio Kagel ; après son dramatique accident de santé (1985), son inspiration s'amenuise et s'oriente vers l'ascèse... Pièces emblématiques (sur un catalogue total de 253 numéros d'opus, y compris près de 80 musiques de films et de nombreuses transcriptions, mais seulement 60 pièces après 1985): Sonate n°2 "Quasi una Sonata" pour violon et piano (1968, détournement de la sonate), Symphonie n°1 (1972, non écoutée en concert, sur un total de 9, la zéro étant non numérotée, la 9ème étant inachevée), Quintette pour piano (1976, orchestré comme "In Memoriam" en 1978), Concerto grosso n°1 (1977, néo-baroque, sur un total de 6, de haute facture), "Requiem" (1977, au climat étrange, théâtral, avec des motifs récurrents), Concerto pour piano et orchestre à cordes (1979, contrastant ombre et lumière), "Ritual" (1985, pour grand orchestre), Concerto pour alto (1985, innovant par la dérive chromatique), et de manière générale ses autres concertos et sa musique de chambre (notamment, le Trio à Cordes de 1985, la seconde Sonate pour violoncelle et piano de 1994, les Quatuors à cordes n°2 de 1980 et n°3 de 1978).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1977Concerto grosso n°1 (2 violons, clavecin, piano préparé et orchestre de chambre) [43 ans]Ensemble (grand, avec 2 violons solistes, clavecin, piano préparé et 21 cordes). Le premier d'une série de 6 ouvrages écrits pour une formation restreinte et dans un style polystylistique avec multi-collages et citations (vraies ou fausses) ; une mus… … suite | … plus (portrait compositeur)31xxx++++
1986Concerto pour alto (alto et petit orchestre) [52 ans]Alto concertant. Une œuvre non révolutionnaire mais très attachante par son inspiration mélodique et surtout par sa couleur grave unique (orchestre sans pupitre de violons) : une grande réussite ; outre la couleur particulière, la pièce est caractéri… … suite | … plus (portrait compositeur)32xxxx+++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendeNé le 24 Novembre 1934

M.A.J.-Actus : 2011/01/23.
Mort le 3 Août 1998 ; très peu d'actualités en concert (à notre connaissance) en France… mais les parutions discographiques sont régulières. Site Internet personnel (avec extraits musicaux), peu actualisé : www.schnittke.de

* Conseil-découverte : Concerto grosso n°1 (1977) |

* Conseil-approfondissement : Concerto pour alto (1985) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 4-Juin-2015

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page