legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* EDISON DENISOV (1929 - 1996), Russie

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Edison Vassilievitch Denisov [1929, Russie (Tomsk, Sibérie) - 1996, France (Paris), décédé à 67 ans], orphelin à 14 ans, étudie d'abord au conservatoire local de Tomsk (1946 - 1951), puis entre très tardivement au Conservatoire de Moscou entre 1951 et 1956 avec Shebalin et Zuckermann, après une suggestion et des cours avec Dimitri Chostakovicth (1950), tout en poursuivant en parallèle une première orientation vers les mathématiques à l'université (il est issu d'une famille scientifique qui le prénomme d'après le célèbre inventeur Américain Thomas Edison de la lampe à incandescence) ; dès 1960, il enseigne à son tour à Moscou l'analyse des formes musicales et l'orchestration, puis en 1962, la composition, tout en participant au mouvement moderniste d'avant garde en Union Soviétique (avec Schnitke, Goubaïdoulina, Silvestrov, suite à la venue à Moscou de Luigi Nono) ; il est un acteur majeur de la vie artistique Moscovite jusqu'en 1990, avec en parallèle un engagement de plus en plus marqué avec l'Occident (qui a conduit à son éclipse locale partielle et à son boycott officiel, en 1978, année où il est dénoncé par Khrennikov au 6ème Congrès de l'Union des Compositeurs Communistes) ; en Juillet 1993, il est victime d'un très grave accident de voiture près de Moscou, et il est transféré et hospitalisé en France en 1994 dans un service Parisien de réanimation et de soins intensifs pendant de nombreux mois (malgré la longue ré-éducation, il ne s'en remet jamais, même s'il peut à nouveau se déplacer seul à la fin de 1995 et qu'il continue à composer un peu, jusqu'à sa mort) ; le personnage est à la croisée de la logique (mathématiques, avec à titre anecdotique l'usage fréquent de la mini-série de notes «E-D-Es» sur son nom) et de la plasticité et de la couleur (peinture, notamment abstraite) et, curieusement, a toujours manifesté un profond attachement pour la musique de Franz Schubert (nombreuses citations-réminiscences dans ses partitions, jusqu'à même terminer en 1995 la composition de la cantate opératique "Lazarus" restée inachevé en 1828) ; par ailleurs, il a écrit de nombreuses musiques de films et de scènes, il a terminé l'opéra inachevé de Debussy "Rodrigue et Chimène" (1993) et il a contribué à la renaissance du clavecin ; à savoir, pour l'anecdote, son prénom, Edison, est l'anagramme de son nom de famille, quand l'on omet le «v» final... Première œuvre significative : "Ivan Soldat" (1960, opéra d'inspiration nationale). Instrument pratiqué : piano, clavecin.Opportuniste-National. Edison Denisov est un compositeur profondément Russe qui a traversé 3 périodes créatrices distinctes : jusqu'aux années 60, moderniste (post-sériel), puis dans les années 70, médiatisé avec des pièces pour effectifs importants (la plupart de ses concertos) avec une récupération de la modalité et du chromatisme, et enfin à partir des années 80, plutôt synthétique post-moderne, avec des intonations caractéristiques, notamment des motifs sur des secondes et des tierces, lyriques, consonants et d'inspiration surtout vocale (hétérophonie des chants populaires Russes et forte dramaturgie, avec des rythmes très diversifiés), parfois jazzy ; en 1990-1991, il est invité par l'Ircam et compose alors "Sur la Nappe d'un Étang glacé", à nouveau de dimension moderniste (pour bande et 9 musiciens, scintillant, d'inspiration Boulezienne) ; sa musique est originale, différente de ses compatriotes (plus novatrice), souvent rituelle, avec une couleur propre (lumineuse), dont le dénominateur commun semble la fluidité (hésitante), le maintien le plus souvent de contours mélodiques (même dans l'atonalité, même dans le sérialisme qui est plutôt consonant), et la construction en développement logique (du début à la fin d'une pièce)… Pièces emblématiques (sur un catalogue d'environ 150 œuvres, notamment de musique de chambre) : "Le Soleil des Incas" (1964, cantate post-sérielle pour soprano, bande et 11 musiciens, donnée à Darmstadt et au Domaine Musical, à Paris), "Peinture" (1970, pour orchestre, expressionniste et post-sériel, jusqu'à un climax final somptueux), "Sonate pour saxophone alto et piano" (1970, d'une grande originalité), Concerto pour flûte et orchestre (1975, non écouté), Concerto pour violon (1978, avec une citation insistante de la "Belle Meunière"), "Requiem" (1980, pour voix solistes, chœur et orchestre, d'une belle poésie apaisée), "Variations sur un Thème de Haydn" (1982, pour violoncelle et orchestre), "Symphonie de Chambre n°1" (1983, pour petit ensemble), "Confession" (1984, ballet, pour orchestre), "L'Écume des Jours" (1981-1986, opéra surréaliste, d'après Boris Vian), "Quatre Jeunes Filles" (1986, opéra de chambre, non écouté en concert), "Au Plus Haut des Cieux" (1987, pour soprano et ensemble, sur des textes de Georges Bataille, pseudo-mystique), Symphonie (1988, unique de ce type pour grand orchestre, d'une noirceur désespérée), Concerto pour flûte, vibraphone, clavecin et cordes (1993, avec un traitement unique du clavecin).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1980Requiem (solistes, chœur et orchestre) [51 ans]Orchestre-Voix. Sacré : une œuvre, certes plutôt difficile par sa partielle atonalité (sérielle) et son ascétisme, mais marquée par une forte spiritualité et par la noblesse, qui associe des textes Allemands-Anglais-Français au cantique Latin, et aus… … suite | … plus (portrait compositeur)32xxx+++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendeNé le 6 Avril 1929

M.A.J.-Actus : 2011/10/03.
Mort le 24 Novembre 1996 ; Le CDMC a publié en Septembre 2011, un livre-bio intitulé compositeur de Lumière (12 Euro) ; à l'exception de la reprise de "Au plus haut des cieux" pour voix et ensemble, à Saint-Etienne le 23 Novembre 2010, aucun de ses opéras n'a été repris récemment, ni sa musique de chambre ou concertante

* Conseil-découverte : "Peinture" (1970, pour orchestre) |

* Conseil-approfondissement : "Le Soleil des Incas" (1964, cantate post-sérielle pour soprano, bande et 11 musiciens) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 6-Février-2012

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page