legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* JEAN-CLAUDE ÉLOY (1938 - 79 ans), France

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Jean-Claude Éloy [1938, France (Mont Saint-Aignan, près de Rouen) - ] suit le cursus classique du compositeur en France (Conservatoire de Paris), avec comme professeur Darius Milhaud pour la composition, puis étudie à Darmstadt et à Bâle auprès de Henri Pousseur, Hermann Scherchen, Olivier Messiaen, Pierre Boulez et Karlheinz Stockhausen (une rencontre déterminante, pour son évolution vers l'électroacoustique) ; certaines pièces de jeunesse comme "Équivalences", "Fluctuante-Immuable" sont encore marquées par les techniques sérielles, mais aussi par les musiques en cluster inspirées de Iannis Xenakis ; il enseigne aux USA, à l'Université de Berkeley (1967-1968, de laquelle il démissionne), en Allemagne, en Hollande et il voyage beaucoup (avec une approche ethno-musicologique) ; il est co-producteur à l'ORTF pour France-Musique ou France-Culture (1971-1987) ; à partir de 1978, il travaille au Centre d'Études de Mathématiques et Automatique Musicales (CEMaMu) fondé par Iannis Xenakis, puis il est co-fondateur du CIAMI (Centre d'Informatique Appliquée à la Musique et à l'Image) et son directeur (1983-1988) ; depuis, il dérive de l'Institutionnel après sa rencontre déterminante avec le Japon (où il séjourne longuement et travaille avec la télévision NHK et le Théâtre National) et se tourne vers les instruments du Gagaku et les chorales Bouddhistes ; il est également l'auteur de musiques de films (passionné de cinéma) et il vit actuellement en France, mais à l'écart du formalisme musical et des institutions (même s'il réside à Puteaux, en banlieue Parisienne). Site Internet : www.eloyjeanclaude.com... Première œuvre significative : "Équivalences" (18 musiciens, 1963). Instrument pratiqué : piano, ondes, synthétiseur.Moderniste-Zen. Jean-Claude Éloy est un compositeur solitaire, et sa musique, après des débuts sériels souples, s'est fortement imprégnée de l'Asie et de l'Orient (Japon, Inde, Tibet), notamment des sons monodiques des moines Bouddhistes, en les mariant intelligemment à l'électronique et l'électroacoustique ; cependant, au fur et à mesure du temps, ses rares œuvres jouées, de plus en plus longues, témoignent d'une marginalisation, de moins d'inspiration et d'une dérive vers le méditatif planant discutable («cosmogonique» et étiré, mais non répétitif)… Pièces emblématiques : "Faisceaux-Diffractions" (1970, pour 28 instrumentistes), "Kâmakalâ" (1971, pour 3 orchestres, 5 chœurs, une pièce marquante par sa maîtrise et sa dynamique), "Shânti" (1973, pour bande, numérisée en 2001, apaisée, longue de 150 minutes), "Fluctuante-Immuable" (1977, pour grand orchestre, hybridation du continu et de l'étiré), "Yo-In" (1980, pour un personnage percussionniste et électroacoustique, rituel en 4 actes de 60 minutes chacun, une hypnose conscientisée), "Anâhata" (1986, pour 2 voix de moines bouddhistes, 3 musiciens du Gagaku et percussion, 220 minutes, partiellement écouté en concert), "Gaia" (1992, pour soprano, récitante et électroacoustique, sans orientalisme), "Galaxies" (1994-1996, acousmatique visuelle, en plusieurs versions, dont une pour voix solo et électroacoustique de 75 minutes).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1971Kâmakalâ (3 orchestres, 5 chœurs) [33 ans]Orchestre-Voix. Une œuvre grandiose constituée à travers un triangle spatialisé (3 orchestres et 3 groupes de chœurs), par un long crescendo avec des accélérations et des ralentissements, dans une ambiance quasi-orientalisante ; le titre, un mot sans… … suite | … plus (portrait compositeur)32xxxx++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendelégendeNé le 15 Juin 1938

M.A.J.-Actus : 2011/06/07.
Très peu d'actualités (à notre connaissance) en France ; ne semble plus composer depuis quelques années mais il écrit des articles pour l'étranger et continue à éditer ses compositions sur Hors-Territoire, son propre label de CD (programmés en 2011, "Yo-In" et "Anâhata") ; photo par Guy Vivien. Site Internet personnel (avec extraits musicaux): www.eloyjeanclaude.com

* Conseil-découverte : "Shânti" (1973, pour bande) |

* Conseil-approfondissement : "Kâmakalâ" (1971, pour 3 orchestres, 5 chœurs) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 6-Janvier-2011

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page