legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* CLAUDE VIVIER (1948 - 1983), Canada

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Claude Vivier [1948, Canada (Montréal, Québec) - 1983, France (Paris), sauvagement assassiné à 35 ans, sur le parvis d'une église dans des circonstances Pasoliniennes] vit une enfance chaotique (parents inconnus, adopté à 3 ans par une famille modeste, nombreuses années au séminaire avant d'être expulsé) ; il étudie la composition avec Gilles Tremblay et le piano avec Irving Heller au Conservatoire de Montréal (1967-1970), puis avec Karlheinz Stockhausen (et aussi l'électroacoustique avec Gottfried-Michael Koenig et Hans Ulrich Humpert) en Allemagne et avec Paul Méfano en France (1974) ; en 1976-1977, il effectue un séjour en Orient-Asie (Japon, Iran, Java et surtout Bali), ce qui enrichit son imaginaire (compositions titrées de nom de villes à l'orthographe incertaine)... Premières œuvres significatives (plutôt post-sérielles): "Chants" (1973, pour 7 voix de femmes, non écoutée en concert), "Lettura di Dante" (1974, pour soprano et ensemble). Instrument pratiqué : piano, orgue.Moderniste-Spectral (tendance coloriste). Claude Vivier est un compositeur de l'urgence créatrice (plus de 40 œuvres en 15 ans) ; son intérêt pour la musique vocale et pour les thèmes de l'enfance, de la mélancolie, de l'immortalité mystique sont des clés de sa personnalité, en même temps qu'une obsession maladive pour la mort et pour le rêve (comme échappement) ; sa musique, à la fois complexe (dans l'écriture) et accessible (dans l'écoute), est claire et tourmentée (interrogations), et d'une troublante émotion (romantique, hédoniste), portée par une synthèse sériel-spectral et l'amalgame de sons extra-occidentaux, avec une belle alchimie de timbres et de belles (bribes de) mélodies ; son esthétique est le résultat fondu de multiples influences (façon éponge), de Stockhausen (années 75), d'abord, des spectraux ensuite, avec une touche de post-sérialisme et de néo-simplicité… Pièces emblématiques (sur un total de 48, de haute tenue) : "Siddhartha" (1976, pour orchestre spatialisé, encore très influencé, créé bien plus tard, à titre posthume), "Love Songs" (1977, pour un chœur de 12 enfants théâtralisé, avec sifflements, multilinguisme, rires, larmes de crocodile), "Pulau Dewata" (pour ensemble, 1977), "Shiraz" (pour piano, 1977), "Paramirabo" (pour 4 instruments, 1978), "Zipangu" (1980, pour orchestre à cordes), et 4 œuvres majeures pour voix et orchestre : "Lonely Child" (1980, pour soprano et orchestre de chambre, en partie spectrale), "Kopernikus (1980, opéra, non écouté), "Prologue pour un Marco Polo" (1981, non écouté en concert), "Wo bist du Licht!" (1981, pour mezzo-soprano, percussion, 20 cordes et bande magnétique), sans oublier "Et Je Reverrai cette Ville étrange" (1982, un sextuor, obssessionellement répétitif).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1978Paramirabo (piano, flûte, alto, violoncelle) [30 ans]Quatuors-Divers. Une œuvre marquante par ses couleurs chatoyantes et sa luminosité, et aussi par une originalité anecdotique (les instrumentistes sifflent pour apporter une cinquième voix mélodique bien intégrée) ; le titre correspond au nom, déformé… … suite | … plus (portrait compositeur)12xxxx+++
1980Lonely Child (ensemble et voix) [32 ans]Ensemble-Voix. Une belle œuvre, assez rituelle (ponctuée par des frappes fortissimo de percussions), avec une partie de soprano intégrée fascinante et un quasi-chœur soprano-ensemble introductif (usage de mots inventés pour accentuer l'exubérance sen… … suite | … plus (portrait compositeur)19xxxx+++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendelégendeNé le 14 Avril 1948

M.A.J.-Actus : 2015/10/13.
Mort le 7 Mars 1983 ; reprise de "Et je reverrai cette ville étrange" (1982), un sextuor par L'Itinéraire, le 12 Octobre 2015, à Paris ; publication d'une fiction biographique singulière par sa forme et par sa teneur plus littéraire et poétique que factuelle (117 pages) par Louise Bail, en Novembre 2014 ; programmation de 2 pièces au festival Agora 2007 : "Paramirabo" et surtout "Lonely Child" ; très joué au Canada, moins ailleurs ; un site Internet en hommage par ses amis du SMCQ serait bienvenu

* Conseil-découverte : "Lonely Child" (1980, pour soprano et orchestre de chambre) |

* Conseil-approfondissement : "Wo bist du Licht!" (1981, pour mezzo-soprano, percussion, 20 cordes et bande magnétique) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 2-Décembre-2015

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page