legend

Orchestre-Grand-Instrumental | Orchestre-Grand-Voix | Orchestre-Petit-Instrumental | Orchestre-Petit-Voix | Orchestre-Instrumental-Electronique | Orchestre-Voix-Électronique | Concerto-Piano | Concerto-Violon | Concerto-Alto | Concerto-Violoncelle | Concerto-Double-Plus | Concerto-Flûte | Concerto-Clarinette | Concerto-Autres-Bois-Vents | Concerto-Percussions | Concerto-Divers | Ensemble-Instrumental | Ensemble-Voix | Ensemble-Électronique | Ensemble-Voix-Électronique | Électro-Pure-Tous-Types | Chambre-Avec-Electronique | Chambre-Cordes-Quatuor | Chambre-Cordes-Quintet-Plus | Chambre-Divers | Chambre-Duos-Trios | Solo-Piano-Claviers | Solo-Cordes | Solo-Flûte | Solo-Clarinette | Solo-Vents-Bois | Solo-Autres | Voix-Solistes-Seules-Ou-Accompagnement | Voix-Solistes-Chambre | Voix-Choral-Seules-Ou-Chambre | Opera-Chambre | Opera-Theâtre |

 

CONCERTO - DIVERS INSTRUMENTS SOLO (NON-VENTS, NON-BOIS)

 

COMPOCRÉATITREANALYSETPSVALNIVN
Jolivet
(André)
1948Concerto pour ondes Martenot (onde et orchestre) [43 ans]Onde concertante. Une œuvre qui s'ouvre par le mystère de l'onde, puis se déroule comme une élégie (au son flûté), comme une orgue électrique (presque un synthétiseur) et progresse dans l'antagonisme virtuose avec l'orchestre, ce qui est inattendu pour cet instrument traité le plus souvent comme un fond planant, pour se terminer par un chant doux, montant dans l'apothéose finale [création : 23 Avril 1948, à Paris (France), par Ginette Martenot].21xxx++++.
Mikalsen
(Jan Erik)
2008Concerto pour ondes Martenot et sinfonietta (ondes et ensemble) [29 ans]Ondes-Ensemble. La pièce, ambitieuse, se démarque par son effectif (des Ondes Martenot non concertantes, intégrées à un petit ensemble diversifié) et surtout par son monde sonore, car elle multiplie les alliages inouïs (dominés par la harpe, les percussions et le célesta) ; en 3 mouvements (lent-un peu plus vif-lent), la pièce est caractérisée par les effets de ressac (flux-reflux, rythmes asynchrones, glissandos), par les couleurs mystérieuses ou fantomatique (c'est là surtout que se trouve l'originalité), par les questionnements (avec des ostinatos ou des appels sans réponse, avec des phrases allusives qui se perdent, avec des errements tournoyants ou statiques), par l'utilisation nouvelle des ondes (non planante, en tout cas bien différente d'Honegger, Milhaud, Jolivet, Varèse, Murail ou Messiaen), par sa sensibilité à fleur de peau (murmures voilés, dialogues exacerbés, crescendos lents) ; Extrait-Vidéo [création : 5 Octobre 2008, au festival Ultima d'Oslo (Norvège), et peu après, en France, le 10 Octobre 2008, par Thomas Bloch (ondes) et l'Oslo Sinfonietta sous la direction de Christian Eggen, à la Maison de Radio France, à Paris]21xxx+++++N

 



Actualisation : 09-Octobre-2017


© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page