legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* THIERRY ESCAICH (1965 - 52 ans), France

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Thierry Escaich [1965, France (Paris) - ] (prononcer «esckeyche») est un pur produit de la formation Française (étudiant de 1983 à 1990, avec 8 Premiers Prix, dont ceux d'orgue et d'improvisation à l'orgue, puis très tôt, depuis 1992, professeur au Conservatoire de Paris) ; l'improvisation tient très tôt une place privilégiée (dès l'âge de 7 ans), d'abord à l'oreille, instinctive, puis construite, élaborée (aujourd'hui, un concert hebdomadaire comme titulaire du grand-orgue de l'Église Saint-Étienne-du-Mont à Paris, voire même épisodiquement des concert-impros libres) ; à la fois délibérément pragmatique (éloigné des clans, opposé à tout style fabriqué, à toute théorisation de la démarche créative, à tout besoin d'innover) et fondamentalement croyant (comme Olivier Messiaen, sa référence morale, mais pas stylistique) ; il a été compositeur en résidence successivement à l'Orchestre national de Lille, à l'Orchestre de Bretagne et à l'Orchestre national de Lyon (2007-2010), tout en habitant à Paris le plus souvent ; à partir de Septembre 2011, il est compositeur associé de l'Ensemble Orchestral de Paris ; il est cinéphile et aime la randonnée cycliste. Site Internet : www.escaich.org... Premières œuvres significatives : "Antiennes oubliées" (pour petit ensemble, 1989, mariant le chant Grégorien à un peu de sériel), "Les Litanies de l'Ombre" (1990, pour piano solo, polyrythmique). Instruments pratiqués : orgue (concertiste), violon et piano.Progressiste-Néotonal. Thierry Escaich n'a pas de langage bien différencié, mais ces œuvres ont un style personnel cohérent et identifiable, sont d'une facture et d'une harmonie très abouties, et séduisent toujours un public large, par leur émotion puissante (voire grandiose), sans provocante modernité, ni passéisme ; le sens tonal reste toujours présent, mais sans essai de retour à une tonalité non fonctionnelle ou bien aux formes qui y sont associées, comme les post-modernes, et ce sens tonal est enrichi par des insertions non tonales ou microtonales et des pointes jazz-pop-rock ; sa musique est, comme le personnage, d'une grande vitalité (énergie, dynamisme, contrastes), d'une droiture évidente (facile d'accès et savant), et d'un tropisme religieux marqué (partitions avec orgue, musique vocale, inspiration de Paul Claudel) ; son style est à la fois fusionnel (polyrythmique, polychromatique, polymodal, incluant le patrimoine passé en particulier le Chant Grégorien, mais aussi les rythmes asymétriques de Bartók ou encore la modalité façon Brahms, Ravel, voire Jolivet), jouant souvent sur les antagonismes (y compris leur résolution) et sur les superpositions (de registres, de groupes d'instruments), jusqu'à l'explosion ou la violence… Pièces emblématiques (sur un total d'une centaine, déjà) : "La Ronde" (2000, pour quatuor à cordes et piano, néo-romantique entrelacé, d'après Schnitzler et le film de Max Ophüls), "Scènes de bal" (2002, pour quatuor à cordes, mêlant valse, tango, disco, slow, ragtime), "Résurgences" (2002, pour trompette et orchestre), "Miroir d'Ombres" (2006, pour violon, violoncelle et orchestre, virtuose), Concerto pour violon (2009, sur un même matériau thématique, un défi de 22 minutes).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
2006Miroir d'Ombres (concerto pour violon et violoncelle et grand orchestre) [41 ans]Violon et Violoncelle concertants. Un double concerto de belle facture, maîtrisée, dans le moule traditionnel avec 2 mouvements dissemblables (une exploration de l'idée du double), le premier hésitant, sinueux, presque interrogateur dans un climat so… … suite | … plus (portrait compositeur)30xxx+++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendelégendeNé le 8 Mai 1965

M.A.J.-Actus : 2013/09/30.
Création de "Claude", opéra sur un livret de l'ancien garde des Sceaux Robert Badinter d'après Victor Hugo, à Lyon le 27 Mars 2013 ; création du Concerto pour clarinette, le 19 Novembre 2012, au Châtelet (Paris) ; création du Concerto pour Violon, à Lyon, le 8 Octobre 2009 (obsessionnel) ; création de "Phantasia antiqua", pour 2 saxophones et piano, à Nagoya au Japon, le 6 Juillet 2009 ; création de "Nuits Hallucinées", pour mezzo-soprano et orchestre, à Lyon, le 24 mai 2008 ; création de "Jeux de doubles", le 9 Décembre 2007 ; création (réussie) de "Miroir d'ombres" (double concerto pour violon et violoncelle et grand orchestre), le 8 Février 2006 au Festival Présence ; en chantier, un concerto pour orchestre (pour l'orchestre de Paris) ; création non datée de "The Lost Dancer", ballet créé à New York en 2010 ; nouveau site Internet en 2011 (l'ancien en www.thierryescaich.com est abandonné)... mais en Septembre 2013 aucune pièce n'a été ajoutée au catalogue chronologique ; également profil facebook et twitter. Site Internet personnel (avec extraits musicaux): www.escaich.org

* Conseil-découverte : "Miroir d'Ombres" (2006, pour violon, violoncelle et orchestre) |

* Conseil-approfondissement : "Résurgences" (2002, pour trompette et orchestre) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 22-Janvier-2013

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page