legend

SÉLECTION

CRITÈRES - CARACTÉRISTIQUES - DÉFINITIONS - LIMITES - FORMATIONS - ENGAGEMENTS - AVERTISSEMENT IMPORTANT

Ce site Internet a pour mission la promotion de la Musique Contemporaine, d'abord au concert : 
ainsi, toutes les œuvres doivent, pour être sélectionnées, avoir été écoutées au concert au moins une fois !

CRITÈRES
Le choix des œuvres prime sur tout le reste : il entraîne le choix des compositeurs (et non l'inverse).
C'est l'œuvre et les interprètes qui sont déterminants dans le plaisir et le succès d'un concert, pas le compositeur (a priori).
L'originalité de ce site Web tient au fait que la sélection des œuvres est fondée sur au moins une écoute en concert, enrichie éventuellement d'écoutes d'enregistrements : ce site n'est donc pas un catalogue de disques, plus ou moins bien vendus (ainsi des œuvres reconnues, mais non écoutées en concert, ne font pas -encore- partie de la base de données et ne sont pas analysées... cependant, elles peuvent être citées dans les pièces emblématiques d'un compositeur et dans les pages historiques ou de généralités, et de toute façon, aucun chef d'œuvre unanimement salué ne manque dans la Base de Données).

Il est impossible de traiter, ici, de toutes les œuvres de la Musique Contemporaine : certaines n'ont pas survécu au temps, d'autres n'ont même pas résisté à la première audition, beaucoup n'ont pu être écoutées par l'auteur, et enfin nombreuses sont celles, pour un même compositeur, qui n'ont pas été retenues car trop proches stylistiquement ou par la formation instrumentale d'une œuvre sélectionnée : certains compositeurs ont une veine faconde (Chostakovitch... et ses 15 symphonies, Schnittke... Rihm, Stockhausen...), d'autres compositeurs ne «produisent» que dans le cadre d'un chemin nouveau (Boulez, Grisey...), et pour les premiers, la sélection est restreinte et il peut y avoir beaucoup de déchet (mais pas toujours... alors les oeuvres, semblables et belles, sont aussi citées comme des pistes de développement... «de la même veine»), pour les seconds, la sélection est large (sauf si la faible fécondité est due à une panne créative, ou à une vie plus courte, ou à un âge peu avancé).

D'autre part, pour un résultat équilibré et respectant une forme de hiérarchie, les jeunes compositeurs ne sont représentés que par une, voire deux, œuvres (et ici certains très jeunes compositeurs prolifiques et prometteurs sont désavantagés, par exemple Thierry Pécou ou Bruno Mantovani)... et il en est de même pour des compositeurs de la génération intermédiaire (par exemple, André Boucourechliev ou Heinz Holliger) pour une raison opposée : leurs œuvres ne sont plus nouvelles, donc (!) plus jouées... 
Au fur et à mesure de l'extension de la Base de Données, l'injustice sera atténuée.

CARACTÉRISTIQUES
La sélection dans le lien suivant intitulé LISTE n'est pas exhaustive, compte tenu des critères de sélection. 
Comme les œuvres de nombreux compositeurs contemporains, elle est en devenir, «in progress» (au fur et à mesure de déclics sur une œuvre en particulier et selon le temps disponible pour transcrire ici les analyses consignées sur plus de 30 ans). 
Patience... mais si une œuvre vous paraît cruellement manquer, écrivez-le via le formulaire et, si elle a déjà été écoutée et appréciée, priorité sera donnée pour l'ajouter dans la base de données. 
Pour une liste plus exhaustive de compositeurs, se reporter à ACTUS (créations et concerts).

Le tableau des œuvres comprend (en dehors du rappel du nom du compositeur) le TITRE de la pièce, avec la formation instrumentale requise initialement et l'année de première exécution en public (ou à défaut de composition), mais sans l'analyse de l'œuvre (Suivent : des indications de durée, de valeur et d'accessibilité subjectives, de type de formation). Le type de formation instrumentale renvoie au catalogue dans lequel figure l'analyse de chaque œuvre, en plus.

Dans le catalogue, l'ANALYSE consiste en quelques commentaires descriptifs et anecdotes, pour inciter à la découvrir… éventuellement des pièces également belles, de la même veine. Ces commentaires sont précédés par un label-code qui permet, par les tris, de nouvelles comparaisons, donc de nouvelles pistes de découverte transversales
Dans la page COMPARATIVE, le début de l'analyse est seulement mentionné (car le tableau est trop grand),
alors que 
dans chaque page par type d'effectif (barre de menu : ORCHESTRE, ENSEMBLE, CHAMBRE, SOLO, VOCAL), l'analyse complète est fournie (avec la date et le lieu précis de création)
dans chaque page INDIVIDUELLE, l'analyse complète est fournie (avec la date et le lieu précis de création), et même, éventuellement, des analyses de source externe.

DÉFINITIONS
Le tableau contient 8 colonnes et peut être trié, selon leur titre.
L'idée des tris est de comparer pour enrichir l'analyse, surtout pas de classer, et encore moins de juger (ce serait contraire à la mission de promotion pluraliste de ce site Internet)

  • COMP (par nom de compositeur), 
  • CRÉA (année de première exécution en public, ou à défaut de composition) 
  • TITRE (par titre des œuvres, avec une estimation de l'âge du compositeur au moment de la création), 
  • TPS (par leur durée en minute), 
  • VAL (par leur valeur croissante - subjective!- selon l'auteur, depuis 1 étoile «*» jusqu'à 5 étoiles «*****»), sachant qu'une seule étoile ne signifie pas que c'est une pièce inutile... toutes les œuvres sélectionnées ici sont de grande valeur (les œuvres non sélectionnées peuvent n'avoir pas encore été analysées, écoutées, ou même répertoriées, voire être exclues, car mineures ou alimentaires (ce sont les «flops» qui existent aussi même chez Mozart... soyons réalistes!),
  • NIV (par leur accessibilité croissante - subjective!- selon l'auteur de ce site web, depuis 1 plus «+» -très difficile- jusqu'à 5 plus «+++++» -relativement facile pour une oreille exercée à la Musique du début du 20ème siècle), 
  • TYP (selon les types de formation instrumentale et vocale, avec ou sans complément électro-acoustique : 10=grand orchestre instrumental, 11=grand orchestre et voix, 12=petit orchestre instrumental, 13=petit orchestre et voix, 14=orchestre instrumental avec électronique, 15=orchestre et voix avec électronique, 20=concerto pour piano, 21=concerto pour violon, 22=concerto pour alto, 23=concerto pour violoncelle, 24=double ou triple ou quadruple concerto, 25=concerto pour flûte, 26=concerto pour clarinette, 27=concerto pour autres bois et vents, 28=concerto pour percussions, 29=concerto pour divers instruments, 30=ensemble instrumental, 31=ensemble et voix, 32=ensemble instrumental avec électronique, 33=ensemble et voix avec électronique, 34=électro pure tous types, 39=chambre avec électronique, 40=quatuor à cordes, 41=chambre cordes seules, 42= chambre divers, 43=chambre duos et trios, 44=solo piano, 45=solo cordes, 46=solo flûte, 47=solo clarinette, 48=solo autres vents et bois, 49=solo divers autres instruments, 50=voix solistes seules ou accompagnées, 51=voix solistes avec formation de chambre, 52=voix choral seul ou chambre, 53=opéra chambre et théâtre musical, 54=opéra théâtre traditionnel,
  • N (pour les visiteurs fréquents qui en triant sur le signe N trouveront les pièces nouvelles, incluses récemment dans la BDD, ou actualisées dernièrement).

Pour les notations subjectives (VAL, NIV), ne tirez pas sur le pianiste : tout est éminemment relatif en musique, comme ailleurs  (et ne parlons même pas de goûts et de couleurs : l'auteur de ce site a soigneusement caché les siens, qui sont de toutes façons très éclectiques).
Bien sûr, aucune évaluation ne vise à apporter un jugement de valeur péjorative sur un compositeur en particulier (ce serait contraire à la mission de promotion de la Musique Contemporaine, de ce site Web). 
Merci de considérer ces notations comme des pistes pour découvrir, puis forger ses propres goûts, son propre jugement.
Insistons quand même : les évaluations (VAL) sont intrinsèques pour un même compositeur (hiérarchisation des œuvres) ; à la rigueur, si seulement une ou deux œuvres sont sélectionnées pour un compositeur, une comparaison peut être tentée avec des œuvres de la même époque et de même style (avec toutes les réserves d'usage) ; enfin, il serait ridicule, voire grotesque, de comparer la valeur de 2 compositeurs sur la base d'une notation hiérarchique pour 2 de leurs œuvres !

Les notations subjectives (VAL, NIV) sont davantage destinées aux débutants, en tant que repères de découvertes. 
Les mélomanes connaisseurs y attacheront, bien sûr, moins d'importance (et d'intérêt!) : pour eux, les tris sur mots clés seront plus riches en potentiels développements (pour de nouvelles pistes de découverte transversales).

Ce tableau étant de plus en plus volumineux, il a dû être réparti en sous-tableaux, en y ajoutant les analyses des œuvres (quelques commentaires descriptifs et anecdotes, pour inciter à découvrir l'œuvre concernée… éventuellement pièces également belles, de la même veine), selon les types de formation instrumentale et vocale dans les rubriques ORCHESTRE, ENSEMBLE, CHAMBRE, SOLO ou VOCAL (cliquer sur les liens dans la barre de menu). D'ailleurs ces sous-tableaux ne sont pas vraiment indispensables avant l'écoute de la pièce en question (le présent auteur n'a pas l'ambition d'influencer le jugement, plutôt d'enrichir l'analyse).

LIMITES HISTORIQUES
Les œuvres de la Musique Contemporaine ont quelques caractéristiques de dates uniques, par rapport aux œuvres des périodes antérieures :
L'année ici indiquée correspond à celle de la première audition publique (ou privée, si c'est important), et non à celles de composition.
Cependant, même avec cette restriction, la situation est plutôt compliquée.

C'est une conséquence de notre Société d'aujourd'hui, de ses recensements systématiques, de ses droits d'auteurs, de sa dimension internationale... et de la plus grande complexité des partitions :

  • les compositions s'échelonnent sur plusieurs années, souvent, en raison de la difficulté d'écriture et/ou après une première audition insatisfaisante par le compositeur
  • les compositions sont fréquemment révisées, soit au fur et à mesure de l'expérience du compositeur (orchestration, savoir-faire instrumental), soit en raison de nouvelles approches de jeu d'un instrument ou de nouveaux développements de la technologie informatique ou acoustique (apparemment, pas pour des raisons de prolongation de copyright, pour l'auteur et ses ayant-droits, car la propriété intellectuelle est limitée à 70 ans mais elle commence, en France, après la mort du créateur)
  • les compositions font l'objet de transpositions pour des instruments variés ou selon des formations instrumentales différentes (extension ou au contraire réduction)
  • les compositions font l'objet de création mondiale, de création par pays, pour chacune des versions.

Même les enregistrements audio ou vidéo, pourtant par essence photographies figées ou fixées, reflètent cette diversité (quand une œuvre contemporaine a la chance d'en compter plusieurs!).
C'est le «Work in Progress» Boulézien, une démarche partagée par beaucoup d'autres compositeurs, avec une terminologie différente: par exemple, Helmut Lachenmann, Karlheinz Stockhausen, Bernard Cavanna, Peter Eötvös.

FORMATIONS INSTRUMENTALES
Outre les musiques électroacoustiques (acousmatiques, électroniques, concrètes) ou générées par ordinateur, totalement inconnues avant la Deuxième Guerre Mondiale, la Musique Contemporaine utilise des formations instrumentales, peu approchées auparavant, dans le but :

  • de créer des paysages sonores inédits, comme dans la généralisation des percussions (notamment métalliques) : au concert contemporain, l'orchestre est typiquement marqué par les xylophones, les percussions exotiques, par moins de cordes (et leur absence totale, parfois, pour «déplacer» le timbre)
  • d'utiliser des formations réduites (en nombre d'instrumentistes) et ainsi faciliter les créations publiques (le grand orchestre ou le grand opéra reste le rêve de tout jeune compositeur, mais les conditions matérielles et financières pour réunir le plateau d'exécution sont difficiles à obtenir (nombre de répétitions nécessaires à des partitions nouvelles et complexes pour les musiciens «du rang») : l'ensemble instrumental de 15 à 30 musiciens est la structure idéale
  • de combiner des instrumentistes rarement appariés, pour créer des sons et/ou des rythmes inouïs (au sens premier du terme, notamment pour la Musique Sérielle ou Spectrale)
  • de pousser à fond l'exploration des possibilités d'un instrument de musique, notamment en solo (par déformation-préparation, par amplification, par ré-ajustement ou scordatura)
  • d'aller toujours plus loin dans le spectacle total pour les opéras (un concept rêvé par Wagner), avec au fur et à mesure de l'émergence des nouvelles technologies, les différentes couches de multimédia

Ces formations instrumentales typiques de la Musique Contemporaine font l'objet d'une sur-pondération naturelle dans la base de données.

ENGAGEMENTS
Enfin, une autre dimension spécifique à la Musique Contemporaine découle de l'engagement politique de beaucoup de compositeurs après Guerre (un changement profond par rapport au compositeur «laquais» du Siècle des Lumières, comme Joseph Haydn ou Wolfgang le Grand, ou au compositeur «bohême», désargenté, Romantique, comme Hector Berlioz ou Franz le Grand), et bien sûr, cette dimension n'est pas prise en compte dans les critères de sélection de la base de données, d'autant plus que la quasi-totalité de ces engagements étant communiste ou marxiste, ou, en tout cas anti-capitaliste, la Chute du Mur de Berlin, en 1989, a sérieusement entamé leur intemporalité. Il reste que ces engagements, sincères, par exemple de Luigi Nono, de Luigi Dallapiccola, de Hans Werner Henze, ont stimulé des chefs d'œuvres, même si les textes d'illustrations ont vieilli.
En tout cas, ces engagements peuvent être aussi philosophiques (contre la guerre, contre les déshérités, contre la bombe, contre les déportations ou la Shoa, etc.) et ceux-là notre époque les reconnaît encore (heureusement) : certains ont stimulé des chefs d'œuvres, quelle que soit la qualité des textes d'illustrations ("Threni" de Penderecki, "Canti di Prigionia" de Dallapiccola, "Der Kaiser von Atlantis" de Ullmann, "Les Sacrifiées" de Pécou, etc.).



Actualisation : 13 Novembre 2016

TOP-12-VISITES : HISTOIRE | PERSPECTIVE | STYLES-ÉCOLES | ÉDITORIAUX-ÉCHOS | ŒUVRES-BBD | GUIDE-EXPRESS | COMPOSITEURS-INTRO | PLUS-BDD | ACTUALITÉS-CRÉATIONS-REPRISES | GLOSSAIRE | VIDÉOS-EXEMPLES | FAQ |



© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page