legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* ARAM KHATCHATOURIAN (1903 - 1978), Géorgie

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Aram Khatchatourian [1903, Tiflis, aujourd'hui Tbilissi (Géorgie, alors URSS) - 1978, Moscou (Russie, alors URSS)] (prononcer «katchatouriann», écrire en Anglais Khatchaturian ou Khachaturian) étudie le piano en amateur dans son enfance, puis, après s'être rallié à la cause Soviétique en Arménie en 1920, il étudie tardivement la musique à Moscou à l'Institut privé Gnessine, avant de rejoindre le Conservatoire de Moscou (1929-1934), avec Nikolai Myaskovsky (composition) et Sergei Vasilenko (orchestration) comme professeurs ; à partir de 1951, il enseigne lui-même à Gnessine et au Conservatoire ; il a été un personnage officiel du régime Soviétique (membre du bureau de la Société des Compositeurs dès 1937, membre du Parti Communiste en 1943, liste longue de médailles, composition de l'hymne national Arménien joué jusqu'en 1991), mais sans vrai engagement politique ; depuis l'indépendance de l'Arménie après sa mort, il est devenu là-bas une icône nationale et son style a été repris par les jeunes compositeurs locaux de la génération suivante ; il a écrit également de nombreuses B.O.F. (par goût pour l'aisance matérielle et la musique populaire) ; le personnage est généreux (même au sens financier, par exemple à l'égard de Dimitri Chostakovitch) ; son épouse, Nina Makarova (1907-1976) et son neveu prénommé Karen (1920 - 2011) sont également compositeurs... Premières œuvres significatives : "Toccata" (1932, pour piano, un tube pour apprentis pianistes), Symphonie n°1 (1935, pour grand orchestre, avec de nombreuses trouvailles syncopées et quelques maladresses), Concerto pour piano (1937, plus personnel, avec des élans populaires et la fameuse scie musicale du mouvement lent). Instrument pratiqué : piano, violoncelle, orchestre (comme chef, avec plusieurs enregistrements du répertoire). Progressiste-National (tendance hyper-romantique). Aram Ilich Khatchatourian est un grand mélodiste connu par quelques tubes incontournables ; sa musique est romantique, lyrique, entraînante, colorée, épique même (on dirait, aujourd'hui, Hollywoodienne), avec une écriture traditionnelle, même s'il a bien connu des compositeurs plus progressistes, comme son contemporain, et voisin par le domicile à la Société des Compositeurs à Moscou, Dimitri Chostakovitch ; son harmonie est cependant originale (ce qui fait la valeur de ses partitions) par l'héritage Arménien (notamment les intervalles à la seconde mineure et à la septième mineure) et il a un sens efficace de l'orchestration (couleur, rythme), immédiatement reconnaissable ; sa musique est de culture profondément Arménienne (folkloriste au sens noble du terme) et reste consonante et toujours très facile d'accès (post-Brahmsienne), mais non conservatrice à tout crin, ni banale ; sa B.O.F. du film Pepo (1936), par le réalisateur Arménien Hamo Beknazarian, comporte une chanson qui a fait le tour du monde… Pièces emblématiques : Concerto pour violon (1940, mélodique, avec un final exubérant), Symphonie n°2 "Le Tocsin" (1943, épique et colorée, à la ferveur communicative), "Masquerade" (1944, un suite symphonique, issue des 5 pièces pour piano, avec la célèbre "Valse en la mineur" de 1941), et surtout les 2 ballets, "Gayaneh" (1942, avec le célébrissime tube de "La Danse du Sabre") et "Spartacus" (1954, avec le célèbre "Adagio de Spartacus et Phrygie"), transcrits, chacun, en plusieurs Suites.

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1942Gayaneh (orchestre) [39 ans]Orchestre (grand). Un ballet en 4 actes et 5 tableaux d'une durée qui dure jusqu'à 3 heures (au titre parfois écrit "Gayane" ou "Gayne") sur un livret de Konstantin Derjavine ; il s'agit d'une histoire simple (édifiante) qui se déroule dans une ferme… … suite | … plus (portrait compositeur)57xxx+++++
1956Spartacus (orchestre) [53 ans]Orchestre (grand). Un ballet épique en 3 actes d'une durée jusqu'à 3.5 heures sur un livret de Nikolai Volkov d'après des évènements historiques de l'antiquité (et suite à une visite officielle du compositeur en Italie en 1950, notamment du Colysée d… … suite | … plus (portrait compositeur)78xx+++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendeNé le

M.A.J.-Actus : 2011/11/08.
Mort le 1er Mai 1978 ; très peu d'actualités et peu joué en France en concert, même par la communauté active des musiciens Arméniens immigrés (mais les enregistrements sont nombreux et de qualité)

* Conseil-découverte : "Gayaneh" (1942, pour orchestre) |

* Conseil-approfondissement : "Spartacus" (1954, pour orchestre) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 8-Novembre-2011

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page