legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* ANDRÉ JOLIVET (1905 - 1974), France

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
André Jolivet [1905, France (Paris) - 1974, France (Paris), décédé à 69 ans] ne s'oriente pas d'emblée vers la carrière musicale, même s'il est issu de parents artistes amateurs (mère pianiste, père peintre) ; ainsi, en 1921, il entre à l'École Normale et devient instituteur des écoles à Paris jusqu'en 1942 ; à 22 ans, il suit des cours de composition avec Paul Le Flem (1927-1932) qui lui fait découvrir Arnold Schönberg, Alban Berg et Bela Bartók et qui provoque la rencontre décisive avec Edgard Varèse (il étudie avec lui, jusqu'à son émigration aux USA en 1933, il est même son seul élève reconnu) ; entre 1945 et 1959, il est directeur de la musique à la Comédie Française, entre 1959 et 1962, il est conseiller technique auprès du Ministre des Affaires culturelles, André Malraux, et, entre 1966 et 1970, il est professeur de composition au Conservatoire de Paris, alors rue de Madrid (son élève le plus notoire est Jean-Claude Risset) ; en dehors de ces périodes (et même pendant), il est accaparé par la composition (catalogue énorme, y compris musique de films et même musique publicitaire), infatigable jusqu'à la surcharge de travail (il meurt brusquement au milieu de la composition d'un opéra resté inachevé) ; après un 1er mariage malheureux, il épouse en 1933, Sarah Hilda Ghuighui qui est Juive (ils subissent les persécutions anti-Sémites du régime de Vichy pendant la Deuxième Guerre Mondiale). Site Internet : www.jolivet.asso.fr... Premières œuvres significatives : "Andante" (1934, pour ensemble de cordes). Instrument pratiqué : piano, clarinette, orgue, violoncelle (surtout) et orchestre (comme chef, un peu).Progressiste-Polyrythmique. André Jolivet est un compositeur important, au langage original, à la fois ancré dans son temps et hors avant-garde, seul élève reconnu d'Edgard Varèse, mais il est victime d'un oubli injustifié depuis sa mort ; toute sa vie de compositeur a été consacrée à des recherches sur un langage musical propre, pas si éloigné du sérialisme (rythmes, durées) que l'apparence le voudrait, plutôt modal, comme Messiaen, avec qui il avait fondé le groupe «Jeune France», avant guerre ; il est à la fois traditionnel par son attachement à la (poly)tonalité, au lyrisme, et, moderniste par ses recherches sur le langage (modalité, harmoniques, variation du timbre à l'intérieur d'une note, dénommé plus tard bisbigliando), sur les rythmes (irrationnels, asynchrones) et ses inspirations «primitivistes» (Afrique, Amérique Latine) sur fond incantatoire, et aussi par 3 signatures, la technique des accords complémentaires et fonctionnalisés, la technique des notes réservées, la modulation d'une série de notes par une série de durées ; sur ses quelques 200 œuvres, peu d'entre elles ont été jouées régulièrement depuis 30 ans (et les enregistrements disponibles sont la plupart anciens et leur interprétation est datée)… Pièces emblématiques : avant période contemporaine, "Mana" (1935, piano solo, première pièce librement dodécaphonique Française et utilisant des rythmes originaux, un chef d'œuvre en 6 mouvements et 15 minutes), "Cinq Incantations" (1936, flûte, avec spontanéité et poésie errante, composée en même temps que "Densité 21.5" d'Edgard Varèse), "Poèmes pour l'Enfant" (1937, pour voix et onze instruments), puis pour la période Contemporaine, "Cinq Danses rituelles" (1942, pour piano solo, 1944, pour orchestre, chorégraphies primitivistes), "Suite Delphique" (1943-1948, pour vents, harpe, Ondes et percussion, méliste, langoureuse et nostalgique), "Trois Complaintes du Soldat" (1941-1943, pour baryton et piano, puis orchestre), "Chants de Linos" (1944-1945, d'abord pour flûte et piano, puis pour trio à cordes, flûte et harpe, solaires et scandés, d'après un rituel funèbre), "Cinq Danses Rituelles" (1944, pour orchestre, initialement pour piano), Sonate n°1 pour piano (1947, entêtée et entêtante), Concerto pour Ondes et petit orchestre (1948, un sommet pour cet instrument), Concertino (n°1) pour trompette, orchestre à cordes et piano (1950, aussi en duo trompette-piano), Concerto pour flûte et orchestre à cordes (1949, brillant et mélodique), Concerto pour piano (1951, méditatif et véhément à la fois), Concerto pour harpe et orchestre de chambre (1952, non écouté en concert), "Epithalame" (1952-1956, pour chœur à 12 voix indépendantes, au premier degré amoureux et subjugant), Concerto pour trompette n°2 (1956, un bijou jazzy et facile d'accès), Concerto pour violoncelle n°1 (1962, aux forces primitives), Symphonie n°3 (1964, la dernière avec un beau climat nocturne), "Suite en Concert" (1966, pour violoncelle seul, brillante étude introspective), "Suite en Concert" 2 (1966, pour flûte et percussions, fébrile), "Ascèses" (1967, pour flûte en Sol, élégiaque et liée), Concerto pour violoncelle n° 2 (1967, tout en soliloques), "Songe à nouveau Rêvé" (1971, pour soprano et orchestre, solaire), "Heptade" (1972, duo pour trompette et percussion, altière et diffuse, une belle étude de timbres et de rythmes).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1944Cinq Danses Rituelles (piano et orchestre) [39 ans]Piano concertant. Modale mêlée d'atonalité, fortement rythmique et puissamment expressive, cette œuvre (issue d'une première pièce pour piano seul de 1939, créée en 1942) est caractéristique de l'esthétique de Jolivet : la première danse baigne dans … … suite | … plus (portrait compositeur)25xxxx+++++
1948Concerto pour ondes Martenot (onde et orchestre) [43 ans]Onde concertante. Une œuvre qui s'ouvre par le mystère de l'onde, puis se déroule comme une élégie (au son flûté), comme une orgue électrique (presque un synthétiseur) et progresse dans l'antagonisme virtuose avec l'orchestre, ce qui est inattendu po… … suite | … plus (portrait compositeur)21xxx++++
1956Concerto n°2 pour trompette (trompette et orchestre) [51 ans]Trompette concertante (avec 3 types de sourdine, normal, wa wa, et robinson, petit orchestre cordes par 2, 2 flûtes, saxophone alto, saxophone ténor, 2 percussions avec 14 instruments, harpe, piano, contrebasse). Un petit bijou de concerto de chambre… … suite | … plus (portrait compositeur)11xx++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendeNé le 8 Août 1905

M.A.J.-Actus : 2017/11/17.
Mort le 20 Décembre 1974 ; reprise de la "Suite transocéane", pour orchestre, à Paris la Villette, le 14 Octobre 2017 ; reprise de la Sonatine pour flûte et clarinette, le 3 Juin 2011, à La Prée ; reprise du Concerto pour basson, harpe et piano, le 22 Octobre 2010, à Rouen ; le centenaire de sa naissance en 2005 a stressé l'oubli injustifié qu'il subit ; une remarquable biographie a été publiée ; sur le site Internet (créé par des admirateurs, géré par une association 1901 appelée «Les Amis d'André Jolivet», et présidé par sa fille Christine), un blog d'actualités a été créé fin 2012 (et il est bien suivi). Site Internet personnel (pas d'extraits musicaux): www.jolivet.asso.fr* Reco(s)-Accès-facile (relativement à son catalogue)… Concerto pour Ondes Martenot et Orchestre (1947, planant et rugueux ; Extrait-Vidéo | Concerto pour Trompette n°2 (1956, dansant et jazzy ; Extrait-Vidéo)

* Conseil-découverte : "Cinq Danses Rituelles" (1944, pour orchestre, primitivistes ; Extrait-Vidéo) |

* Conseil-approfondissement : Concerto pour violoncelle n°1 (1962, intimiste et sauvage ; Extrait-Vidéo I et Extrait-Vidéo II-III) et
"Mana" (1935, piano, danses dodécaphoniques et polyrythmiques, période précontemporaine ; Extrait-Vidéo) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 17-Novembre-2017

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2018 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page