legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* DIMITRI CHOSTAKOVITCH (1906 - 1975), Russie

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Dimitri Chostakovitch [1906, Russie (Saint-Pétersbourg) - 1975, Russie (URSS, Moscou), décédé à 68 ans] commence l'apprentissage du piano en 1915 avec sa mère, pianiste professionnelle, puis entre au Conservatoire de Petrograd (Saint-Pétersbourg) ; en 1927, l'État Soviétique lui commande une Symphonie n°2 pour commémorer l'anniversaire de la Révolution d'Octobre : ainsi devenu compositeur «officiel», il sera ballotté toute sa vie entre honneurs académiques et condamnations pour formalisme (c'est-à-dire en réalité, trop de modernisme) ; en 1943, il s'installe à Moscou et enseigne au Conservatoire tout en composant intensément une musique accessible, consonante et mélodique ; entre 1929 et 1971, il compose plus de 20 musiques de films Russes (B.O.F.), avec sérieux (presque toutes ont été transcrites en suites orchestrales ou musiques de ballets) ; le personnage est tout sauf simple (une biographie factuelle et objective est cruellement manquante, tant le vrai et le faux se superposent, y compris dans ses déclarations), en tout cas hésitant, dépressif et inconstant (il se marie 3 fois), ambigu, faible et accommodant (par exemple, il est critique à mots couverts vis-à-vis de la politique de l'URSS, mais il adhère au Parti Communiste) ; sans surprise, en tant que fumeur invétéré, il meurt d'un cancer des poumons. Sites Internet, Associatif (en Français) : www.chostakovitch.org et officiel (en Anglais) : http://en.shostakovich.ru/, et consacré aux 15 quatuors (en Anglais) www.chostakovitch.org et officiel (en Anglais) : www.quartets.de. Note : en Anglais, les prénoms et noms s'écrivent Dmitri Shostakovich... Première œuvre significative : Trio nº1 (1923, pour violon, violoncelle et piano, opus 8). Instrument pratiqué : piano.Progressiste-National. Dimitri Chostakovitch est un des 10 compositeurs majeurs de la Musique Contemporaine, par sa géniale invention mélodique (avec des «Tubes Grand Public» comme la Suite de Jazz n°2 contenant la fameuse Valse, ou l'adagio du Trio à Cordes, ou des suites de B.O. de films comme "The Gadfly"...), bien plus que par ses innovations formelles (au contraire... sa musique fait écho au passé, notamment au 19ème siècle) ; Russe jusqu'au bout des ongles (mais de racines Polonaises), Chostakovitch n'évite pas, comme Tchaïkovski et beaucoup d'autres compatriotes, la facilité, le pathos évident, le banalement attendu, notamment dans ses œuvres plus marquées par l'obéissance à la censure Soviétique, en particulier avant la mort de Staline en 1953 (Symphonie n°5 de 1937 et n°7 "Léningrad" de 1942, accessibles, plutôt triviales, pourtant célèbres) ; pour «vendre» ce compositeur contemporain, les médias en font un martyr de cette censure, ce qui est plutôt cohérent avec sa personnalité fondamentalement triste et angoissée, mais se révèle très réducteur et déformant (et même, selon les premiers historiens, ambigu, voire incorrect) ; comme Tchaïkovski, ses pièces à grands effectifs sont faciles d'accès, souvent brillantes, et sa musique de chambre est plus intime, plus authentique, et sur le plan compositionnel, plus ambitieuse ; sa musique est sombre, voire parfois franchement noire, et résolument pessimiste, parfois sarcastique, grinçante, ou au contraire d'une limpidité et d'un classicisme tout distancé et ironique… Pièces emblématiques (sur 147 numéros inégaux) : avant la fin de la guerre, Symphonie n°1 (1926, d'emblée populaire et novatrice), Concerto n°1 pour piano, orchestre à cordes et trompette (1933, plutôt néo-classique, avec le martial dernier mouvement), Symphonie n°4 (1936, gigantesque et complexe, révisée en 1950, seulement créée en 1961), Quintette avec piano (1940, en 5 mouvements alternativement amer et enjoué), Sonate pour violoncelle et piano (1940) et surtout les 2 opéras au langage très hardi pour l'époque, "Le Nez" (1928) et "Lady Macbeth de Mzensk" (1934), une originalité que Chostakovitch ne retrouvera plus, sauf peut-être dans ses derniers Quatuors ; après la guerre, Trio n°2 en mi mineur (1944, dansant, sardonique), Quatuor n°3 (1946), "Le Chant des Forêts" (1949), Vingt-quatre Préludes et Fugues (1951, piano solo, un exercice instrumental virtuose, patchwork d'humeurs), Symphonie n°10 (1953, avec un allegro particulièrement oppressant), Concerto pour violoncelle n°1 (1959, laconique et vigoureuse, avec un célèbre 1er mouvement), Symphonie n°15 (1971, limpide, humaniste, avec un solo de violon preignant), et les Quatuors n°8 (1960, avec le fameux leitmotiv DDSCH), n°13 (1970), 14 (1973), 15 (1974, très sombre, avec 6 adagios), Sonate opus 147 (1975, pour alto et piano, poignant chant du cygne).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1944Trio n°2 opus 67 (violon, violoncelle et piano) [38 ans]Trio-Piano. Une œuvre cyclique, complètement élégiaque, sur des thèmes Juifs (apocryphes ou non) de la danse des morts, en 4 mouvements : une ouverture au violoncelle seul, relayé dans une ambiance chromatique de désolation, instable, le second (célè… … suite | … plus (portrait compositeur)24xxxx+++++
1951Vingt-quatre Préludes et Fugues (piano) [45 ans]Piano-Etudes. Une œuvre de dimension exceptionnelle par sa longueur, son ambition intemporelle (malgré l'allusion à Jean Sébastien Bach, le seul lien entre les 2 monuments est la présence de Chostakovitch lors des fêtes du bicentenaire de Bach à Leip… … suite | … plus (portrait compositeur)186xxx++++
1959Concerto n°1 (violoncelle et orchestre) [53 ans]Violoncelle concertant. Une œuvre caractéristique de la maturité, à la fois grinçante et lyrique, laconique et vigoureuse : le premier mouvement est tout entier consacré à un thème inspiré, plutôt entraînant, mélodique et de dimension sarcastique, re… … suite | … plus (portrait compositeur)29xx+++++
1960Quatuor n°8 (2 violons, alto, violoncelle) [54 ans]Quatuor-Cordes. Une œuvre de pleine maturité, célèbre par son 2ème mouvement aux rythmes endiablés et dansants ; en 5 mouvements, tous en mode mineur : largo (lent, triste, endeuillé ou glauque, canonique, dont le thème est repris, modifié ou transpo… … suite | … plus (portrait compositeur)19xxxx+++++
1972Symphonie n°15 (grand orchestre) [66 ans]Orchestre (grand). Une des rares symphonies de Chostakovitch de structure classique (avec la 10ème, également recommandée) et aussi la plus ambitieuse sur le plan formel (des bribes de dodécaphonisme), à la fois limpide et mélodieuse, en 4 mouvements… … suite | … plus (portrait compositeur)43xxx+++++
1974Quatuor n°15 (2 violons, alto, violoncelle) [68 ans]Quatuor-Cordes. Le dernier Quatuor (alors que Chostakovitch projetait d'en composer 24, un par mode majeur et mineur) est constitué uniquement d'adagios (six, mais de connotations diverses), centrés sur le souvenir, voire la nostalgie (pour certains … … suite | … plus (portrait compositeur)37xxxx+++++
1975Sonate pour alto (alto et piano) [69 ans]Alto-Piano. Une œuvre-bilan qui s'ouvre par une élégie désabusée des 2 instruments (alto pincé), se poursuit par une séquence (à peine) plus enjouée, comme une réflexion sur le passé, sur l'errance, puis se perd dans une méditation introspective ; da… … suite | … plus (portrait compositeur)29xxxxx++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendeNé le 25 Septembre 1906

M.A.J.-Actus : 2011/08/26.
Mort le 9 Août 1975 ; nombreux concerts, notamment Symphonies et quatuors, notamment le 9 Avril 2010, la rare Symphonie n°9, à Paris ; suite à son centenaire en 2006, son œuvre a pris un nouvel élan ; hommage Internet d'une association domiciliée en France, bien suivi. Site Internet personnel (pas d'extraits musicaux): www.chostakovitch.org

* Conseil-découverte : Symphonie n°7 "Léningrad" (1942, pour grand orchestre) |

* Conseil-approfondissement : Concerto pour violoncelle n°1 (1959) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 14-Juillet-2011

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page