Concerts… ajout bienvenu [mail en bas de page], si musique après 1941 et > 80%, même format de données, avec date, lieu, heure, programme abrégé, lien, '*' si création et '0€' si gratuit, max. 180 caractères 

Abrahamsen | Adams | Adès | Amy | Andre | Aperghis | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Cerha | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Donatoni | Dufourt | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Filidei | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Hurel | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maratka | Maresz | Martin | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Saunders | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Stroppa | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* PIERRE SCHAEFFER (1910 - 1995), France

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Pierre Schaeffer [1910, France (Nancy) - 1995, France (Paris), décédé à 85 ans] (prononcer «chéfère») est davantage un ingénieur-concepteur théoricien de la Musique Concrète (comme fondateur) et un entrepreneur qu'un compositeur (sa formation est scientifique, diplômé de Polytechnique), même si sa famille est musicienne ; chargé dès 1934 d'équiper les studios de la Radio nationale (alors naissante), il crée en 1942 le Studio d'Essai, qui explore les potentialités du microphone ; puis il fonde et, de 1960 à 1975, dirige le service de la recherche de l'ORTF (radio et télévision), et, il crée en 1951, le Groupe de Musique Concrète, qui devient en 1958, avec comme assistant Pierre Henry, le Groupe de Recherches Musicales (GRM), d'abord au sein de la radio, puis de l'INA (le GRM est l'organisme phare de la création musicale sans instrumentiste, toujours en prospère activité aujourd'hui, mais bien plus diversifié vers les musiques populaires et autres impros) ; il écrit aussi des livres conceptuels et pédagogiques sur la Musique Concrète (notamment le «Traité des objets musicaux», 1966), sur sa différenciation avec la Musique Électronique (développée en Allemagne), plus importants que ses compositions, avant d'être le premier professeur (associé!) de Musique Fixée au Conservatoire de Paris (alors rue de Madrid) en 1968 ; pour l'anecdote, ce visionnaire a mal vieilli car il est complètement passé à côté de l'informatique musicale qui a dépassé la Musique Concrète Française (et son pendant dit Electronique, vis oscilloscope, Allemand) en jugeant l'ordinateur (computer) comme limité aux calculs et sans intérêt pour la composition (lourde erreur pourtant soulignée dès 1967 par Jean-Claude Risset, aux Bell Labs de Max Matthews aux USA avec le programme Music V, alors codable en Fortran, puis à l'Ircam)... Premières œuvres significatives : 5 Études de bruits ("Étude aux Chemins de Fer", "Étude aux Tourniquets", "Étude violette", "Étude noire", "Étude pathétique"), manifeste-création de la Musique sans instrument (à partir de sons-bruits enregistrés, dits concrets), diffusées le 5 Octobre 1948 sur Radio-Paris (qui ne mentait plus). Instrument pratiqué : piano, microphone.Electroacoustique-Concret. Pierre Schaeffer est un concepteur-compositeur marginal, pionnier sur une période très courte (de 1948 à 1960), et surtout le «Père Fondateur» de la Musique Concrète ; grâce au studio consacré à l'expérimentation radiophonique créé en 1944, après bien des tâtonnements et de recherches balbutiantes, il compose les premières pièces de la Musique Concrète, seul puis en collaboration avec Pierre Henry (plusieurs compositions co-signées de 1950 à 1967), avec une préoccupation unique et essentielle, le son, sa matière et sa structure génératrices de musique, y compris et surtout le son-bruit (enregistré au microphone, puis modifié, manipulé, transformé, retravaillé-mixé) ; son style est certes marqué par son époque (percutant, goguenard, technologique, expérimental), et aussi par les limitations de la technique alors balbutiante, mais surtout par le sens unique du grain de la source musicale, de son impureté et de son foisonnement (et comme pour tous les prophètes, c'est avec sa descendance non conforme que l'on en apprécie le mieux la portée, dans le domaine acousmatique, bien sûr, chez Luc Ferrari, mais aussi dans la musique instrumentale, chez Helmut Lachenmann) ; sa musique part toujours d'un a priori conceptuel et théorique, car le personnage est un défricheur organisé de domaines inexplorés, pour se déployer paradoxalement dans la séduction réaliste des bruits-sons (les titres de ses compositions, anecdotiques, traduisent, de façon inappropriée, un côté bricolage ou une idée anecdotique de départ, car sa musique est très pensée) ; cependant (et objectivement) sa musique parait très datée aujourd'hui (jusqu'au maniérisme et au procédé systématique) et il est probable que l'histoire musicologique retienne davantage de lui son rôle de pionnier et de théoricien que celui de compositeur (en ce sens, son portrait n'est présenté ici que pour son importance historique, mais objectivement ses pièces sont seulement exemplaires, un peu comme Max Matthews, non portraituré ici, qui est le pionnier de la synthèse sonore par ordinateur mais n'a pas composé de pièces musicale vraiment impérissables)… Pièces emblématiques (sur un total très limité d'une douzaine, toutes pour bande seule, les plus signifiantes musicalement ayant été composées avec Pierre Henry, selon un couple improbable trouvaille technique - musique): "Diapason Concertino" (1949), "Variations sur une Flûte Mexicaine" (1949), "Suite pour 14 instruments" (1949), "Oiseau RAI" (1949), "Étude aux Sons Animés" (1950), "Étude aux Objets" (1950), "Bidule en Ut" (1950, une petit bijou d'humour pianistique construit sur une œuvre de Bach), "Symphonie pour un Homme Seul" (1950, l'alpha et omega de son savoir faire).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1950Symphonie pour un Homme Seul (bande) [40 ans]Concrète. Une œuvre popularisée à la fin des années 1960 par une chorégraphie de Maurice Béjart, mais qui est datée et a terriblement vieilli par endroits sur le plan musical (et pourrait être rangée au Musée de la Musique Concrète) ; la contribution… … suite | … plus (portrait compositeur)22xx++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendelégendeNé le 14 Août 1910

M.A.J.-Actus : 2015/12/06.
Mort le 19 Août 1995 ; originale transposition de "Étude aux Chemins de Fer" (1948), pour saxophone et percussions en 2011, Extrait-Vidéo ; reprises de "Suite 14 – Courante, Roucoulante et Rigodon, Vagotte, Sphoradie", le 8 Mai 2010 à l'Auditorium Olivier Messiaen de la Maison de Radio France ; reprises des premiers enregistrements en concert à l'occasion des 50 ans du GRM, en 2007 ; les pages de l'INA dressent un portrait très complet (en images d'archives en plus). Site Internet personnel (avec extraits musicaux): www.ina.fr/recherche/search?search=schaeffer+pierre* Reco(s)-Accès-facile (relativement à son catalogue)… "Etude aux Chemins de Fer" (1948, pour sons-bruits, drapeau initial de la musique concrète ; Extrait-Vidéo) |

* Conseil-découverte : "Bidule en Ut" (1950 ; Extrait-Vidéo) |

* Conseil-approfondissement : "Symphonie pour un Homme Seul" (1950) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 19-Mai-2021

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2021 Merci de signaler les liens vidéos brisés, pour correction immédiate, à Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page