Concerts… ajout bienvenu [mail en bas de page], si musique après 1941 et > 80%, même format de données, avec date, lieu, heure, programme abrégé, lien, '*' si création et '0€' si gratuit, max. 180 caractères 

Orchestre-Grand-Instrumental | Orchestre-Grand-Voix | Orchestre-Petit-Instrumental | Orchestre-Petit-Voix | Orchestre-Instrumental-Electronique | Orchestre-Voix-Électronique | Concerto-Piano | Concerto-Violon | Concerto-Alto | Concerto-Violoncelle | Concerto-Double-Plus | Concerto-Flûte | Concerto-Clarinette | Concerto-Autres-Bois-Vents | Concerto-Percussions | Concerto-Divers | Ensemble-Instrumental | Ensemble-Voix | Ensemble-Électronique | Ensemble-Voix-Électronique | Électro-Pure-Tous-Types | Chambre-Avec-Electronique | Chambre-Cordes-Quatuor | Chambre-Cordes-Quintet-Plus | Chambre-Divers | Chambre-Duos-Trios | Solo-Piano-Claviers | Solo-Cordes | Solo-Flûte | Solo-Clarinette | Solo-Vents-Bois | Solo-Autres | Voix-Solistes-Seules-Ou-Accompagnement | Voix-Solistes-Chambre | Voix-Choral-Seules-Ou-Chambre | Opera-Chambre | Opera-Theâtre |

 

CONCERTO POUR PERCUSSION(S)

 

COMPOCRÉATITREANALYSETPSVALNIVN
Fedele
(Ivan)
2011La Pierre et l'Étang (percussionniste, ensemble et électronique) [58 ans]Concerto pour percussions et quatuor à cordes solistes, ensemble à cordes (une trentaine d'instrumentistes) et électronique (live, avec des capteurs de mouvements comme exploration du geste des solistes qui générent des sons électroniques, en plus des sons acoustiques, dans une confusion des genres pour le moins troublante). Le titre complet de la pièce "La Pierre et l'Étang (...les Temps...)" est un jeu de mots tendance ; la pièce est en 4 parties, "Rocher englouti", "Ricochet de galets", "Pierre ponce", "Pluie de cailloux", l'œuvre se souvient de ce jeu d'enfant qui consiste à mettre en relation la dureté d'une pierre avec un élément éminemment flexible (le ricochet étant le plus emblématique) ; sans être purement illustrative, la musique accapare ici la notion de pesanteur, de rebonds, de tension, de résistance, de tourbillons (les cercles concentriques sur l'eau), d'allers et retours, de projections (gouttelettes et éclaboussures), de miroitement ; le percussionniste muni comme chaque soliste de capteurs, passe successivement d'un instrument à l'autre (gong, cloches tubulaires, vibraphone, marimba, etc.), et provoque de ses mains nues des éclatements de bulles de vase (une cadence inscrite entre 2 parties) ; la pièce est incroyablement vivante, habitée (des gazouillis, des surprises), dynamique et la spatialisation joue un rôle métaphorique essentiel, comme le précise le compositeur, qui rêve de «dramatisation de l'espace» ; par son effectif rare et par la combinaison unique de solistes réels et virtuels (via l'électronique), la pièce renouvelle les sons d'un ensemble à cordes avec quatuor soliste dialoguant avec une percussion multiple ; superbe et cela fait aimer-goûter l'art des dissonances ; en plus l'électronique live y est pour beaucoup (preuve que c'est possible et que l'on en est qu'aux débuts) et là il faut adresser un coup de chapeau à Thomas Goepfer (R.I.M) pour la création informatique musicale Ircam qui a bien des idées (et pas fumeuses) ; note : le dispositif de petits capteurs, accéléromètres et gyroscopes, fournissent des informations sur le geste de chaque archet soliste ou sur l'avant-geste pour chaque percussion et notamment sa vitesse, sa structure, son accélération, sa rotation (baguette), etc. ; Extrait-Vidéo [création : 10 Juin 2011, au CentQuatre, à Paris (France), par Daniel Ciampolini (percussions), le Quatuor Renoir, Thomas Goepfer (réalisateur en informatique musicale, Ircam), l'Orchestre Philharmonique de Radio France, dirigés par Ernest Martínez Izquierdo]30xxxxx+++N
Lachenmann
(Helmut)
1969Air (percussions et orchestre) [34 ans]Percussions (concertantes)-orchestre. Une pièce innovante pour l'époque faisant intervenir 1 percussionniste soliste (avec divers instruments) dialoguant avec un grand orchestre (le plus souvent par pupitre), avec un jeu de parité entre soliste et musiciens du rang, la pièce ayant une dimension politique, composée lors des évènements de Mai 1968, amis davantage en rapport avec l'émergence du groupe terroriste Allemand «Fraction Armée Rouge» ; la pièce, en 4 parties, s'ouvre sur un frotté interrogateur auquel répondent séquentiellement d'autres percussions et les instruments individualisés de l'orchestre (flûte, altos, etc.) ; à la fin du 1er quart temporel, l'orchestre avec plusieurs pupitres (jusqu'aux tutti, alors avec un coussin de cordes) intervient pour la 1ère fois avec des grondements menaçants et s'entame le dialogue entre tous les protagonistes (les percussions d'abord sèches) ; ensuite, alternent des moments plus individualisés (avec une part de mystère), assez lents, et des moments plus collectifs, plus dynamiques, pour se terminer dans le secret intimiste ; comme dans "Intérieurs" pour percussion solo, le jeu des instruments est innovant, pariant sur le bruit qui génère une musique poétique, allusive, suggestive, avec des sons courts, clairs, crépitants (batterie plutôt que timbale, triangle, cymbales frappés, xylophone sans résonance) ; Extrait-Vidéo [création : 1er Septembre 1969, à Francfort-sur-le-Main (Allemagne), révision en 1994]20xxx+++N

 



Actualisation : 02-Juin-2021


© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2021 Merci de signaler les liens vidéos brisés, pour correction immédiate, à Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page