Concerts… ajout bienvenu [mail en bas de page], si musique après 1941 et > 80%, même format de données, avec date, lieu, heure, programme abrégé, lien, '*' si création et '0€' si gratuit, max. 180 caractères 

Abrahamsen | Adams | Adès | Amy | Andre | Aperghis | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Cerha | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Donatoni | Dufourt | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Filidei | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Hurel | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maratka | Maresz | Martin | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Saunders | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Stroppa | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* GÉRARD GRISEY (1946 - 1998), France

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Gérard Grisey [1946, France (Belfort) - 1998, France (Paris), décédé à 52 ans] étudie au Conservatoire de Trossingen en Allemagne (1963-1965), puis au Conservatoire de Paris (1965-1972, passion pour la fugue et l'harmonie), avec Olivier Messiaen pour la composition (4 ans) et aussi avec Henri Dutilleux à l'École Normale de Musique (1968, seulement 3 mois) ; il assiste également aux séminaires de Karlheinz Stockhausen, György Ligeti et Iannis Xenakis à Darmstadt (1972), s'initie à l'électroacoustique avec Jean-Étienne Marie (1969) et à l'acoustique avec Emile Leip (1974), après une parenthèse à la Villa Médicis à Rome de 1972 à 1974 (où il rencontre Giacinto Scelsi et découvre sa musique microtonale planante) ; co-fondateur avec Tristan Murail et Michaël Levinas, au sein de l'Ensemble L'Itinéraire, de la Musique Spectrale (une nouvelle façon d'écrire de la musique fondée sur la microtonalité et la structuration du son en dérive harmonique) ; il enseigne la théorie de la composition à l'Université de Berkeley, en Californie (1982-1986), puis la composition au Conservatoire de Paris à partir de 1987 (jusqu'en 1990, à la rue de Madrid, puis après le déménagement à la Villette) ; il passe ses derniers mois (douloureux) en Suisse, mais il est mort dans un hôpital Parisien des suites d'un accident cérébral brutal (rupture d'anévrisme) ; d'un côté profondément humaine, chaleureuse (parfois enflammée) et ouverte, mais inquiète et imprévisible, sa personnalité est aussi synthétique, dynamique, pragmatique, assez indépendante (rejet de l'étiquette de spectraliste, car cette esthétique est considérée davantage comme une attitude vis-à-vis du son vivant, que comme une méthode scholastique), et habitée par une curiosité insatiable (y compris envers les phénomènes scientifiques)... Premières œuvres significatives : "Echanges" (1968, pour piano préparé, percussioniste et contrebasse, déjà avec théâtralité et connexion auditeur-instrumentiste, déjà des timbres-résonances qui s'étalent, déjà, à 22 ans, une pièce aboutie), "D'Eau et de Pierre" (1972, pour 2 groupes de chambre antinomiques, composée à Darmstadt et avant spectralisme, plus dans la lignée de Ligeti-Stockhauzen, et surtout de la philosophie Indienne, l'un statique, distant, l'autre focalisé, contrastant, avec des timbres uniques). Instrument pratiqué : piano (accompagnement), accordéon.Moderniste-Spectral. Gérard Grisey est un compositeur majeur, peut-être l'un des 10 plus importants de la Musique Contemporaine, lorsque son œuvre, d'une grande originalité et d'une constante innovation, aura (ou pas) soutenu l'épreuve du temps ; influencé initialement par Scelsi et Ligeti (clusters alanguis) et par Stockhausen (sons artificiels joués par des instrumentistes), il s'émancipe vite et devient l'artisan majeur de l'école spectrale Française (y compris dans sa dimension technologique par les sonogrames), sans en être un apôtre permanent (tout en s'opposant au sérialisme, surtout analytique) ; sa musique est unique, délibérément engagée (voire fulgurante), entre délire et forme maîtrisée, plutôt difficile d'accès, et virtuose (une gageure pour les interprètes et le chef) ; son style est caractérisé par un allant sinueux, un perpétuel mouvement, jouant sur les ralentissements et les accélérations, un geste théâtral (début-fin), et par la juxtaposition-superposition de thèmes très différents (par l'harmonie, par le rythme), et enfin par une répétition raisonnée ; ses compositions peuvent être séparées en 2 périodes de maturité, la première liée aux spectres lents et continus, la seconde, à partir de "Talea", davantage hérissée et discontinue… Pièces emblématiques sur un total de 33, sans déchet): "Dérives" (1974, pour ensemble de chambre), "Partiels" (1976, pour ensemble, manifeste-emblème de la Musique Spectrale, et sa pièce la plus accessible), "Prologue" pour alto (1976), "Modulations" (1978, pour grand ensemble), "Transitoires" (1981, pour grand orchestre), "Épilogue" (1985, pour grand orchestre avec 4 cors solos) [le cycle en 6 pièces, 1974-1985, un des monuments de la musique, porte le titre "Espaces acoustiques", l'idée étant de commencer par un instrument solo, puis d'augmenter le nombre des instrumentistes, jusqu'à un orchestre de plus en plus étoffé, chacune s'enchaînant l'une à l'autre par le rappel d'une phrase], "Manifestations" (1976, double petit ensemble pédagogique avec humour), "Chants de l'Amour" (1984, ensemble vocal de 12 voix mixtes et bande qui contient une voix synthétique), "Talea" (1987, pour quintette), "Accords perdus" (1988, pour 2 cors), "Anubis et Nout" (1983-1990, pour saxophone), "Le Noir de l'Étoile" (1991, 6 percussionnistes et bande magnétique), "L'Icône paradoxale" (1994, 2 voix de femmes et grand orchestre, divisé en 2 groupes), "Vortex Temporum" (1996, pour sextuor), "Quatre Chants pour Franchir le Seuil" (1998, pour soprano et 15 musiciens, poignant testament, créé après sa mort en 1999).

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1974Dérives (grand orchestre) [28 ans]Orchestre (grand, bois par 4, dont 1 groupe distinct avec 1 saxophone contrebasse (aussi saxophone ténor), 4 percussionnistes, 1 guitare électrique, 1 piano (aussi célesta), 4 contrebasse à 5 cordes, tous solistes). La pièce est emblématique des débu… … suite | … plus (portrait compositeur)28xxx++++
1974Périodes (7 musiciens) [28 ans]Chambre-Septuor (flûte ou flûte piccolo, flûte alto, clarinette en la ou clarinette en mib, clarinette, trombone basse, violon, alto, violoncelle, contrebasse). La pièce, très célèbre, commence longuement par les appels répétés des contrebasses (souv… … suite | … plus (portrait compositeur)17xxxx+++++
1976Partiels (18 musiciens) [30 ans]Ensemble (petit). Une œuvre, facile, presque théâtrale, qui est, avec "Dérives", le manifeste de la Musique Spectrale (micro-intervalles, transformations adjacentes, produisant des sons traînants, déviants, et étalés) à écouter seule ou dans le cadre… … suite | … plus (portrait compositeur)23xxxx+++++
1976Prologue (alto solo) [30 ans]Alto (cordes, solo). Si enchaîné à "Périodes" dans le cadre des "Espaces acoustiques", on doit jouer la version pour alto seul, la version pour alto, résonateurs et électronique en direct est réservée pour une exécution isolée ; la pièce, incontourna… … suite | … plus (portrait compositeur)15xxxxx+++
1978Modulations (33 musiciens) [32 ans]Ensemble (grand). Une œuvre, assez difficile, mais captivante, extraordinaire par son acuité d'inspiration, à écouter seule ou dans le cadre génial du cycle des "Espaces acoustiques" (99 minutes) : le matériau sonore est en perpétuelle mutation, à la… … suite | … plus (portrait compositeur)13xxxxx+++
1979Jour Contre Jour (orgue électrique, 13 musiciens et bande) [33 ans]Ensemble (petit) - Electronique (orgue électrique, 2 flûtes ou 2 flûtes piccolo, 1 flûte alto, 2 clarinettes ou 2 clarinettes basse, 1 clarinette en la, 1 cor, 1 trompette, 1 trombone basse, 1 percussionniste, 1 orgue électrique, 2 violons, 1 alto, 1… … suite | … plus (portrait compositeur)23xxx++++
1981Transitoires (grand orchestre) [35 ans]Orchestre (bois par 4). La pièce d'un seul tenant commence par un court appel suivi de sa détente étirée (assez tendance à l'époque) ; le temps semble s'arrêter ; le filtre est retiré, le temps est dilaté, les spectres éclatent jusqu'à la 55ème harmo… … suite | … plus (portrait compositeur)21xxx++++
1985Epilogue (4 cors et grand orchestre) [39 ans]Orchestre (bois par 4 et 4 cors solistes). La pièce commence par la perpétration du soliloque à l'alto précédent (avec une répétition de l'arc de "Prologue") ; puis après quelques tournoiements, interviennent les cors à l'unisson dans une phrase uniq… … suite | … plus (portrait compositeur)12xxx++++
1984Chants de l'Amour (ensemble vocal de 12 voix mixtes et bande qui contient une voix synthétique) [38 ans]Voix-Electronique (12 voix mixtes et support informatique et électronique). Une pièce absolument captivante, électrisée et ensorcelante selon une vision de l'amour caractérisée par la passion, la possession, voire l'obsession, obtenue par une partiti… … suite | … plus (portrait compositeur)45xxxx+++
1986Talea (flûte, clarinette, piano, violon, violoncelle) [40 ans]Quintette divers (vents). Une œuvre d'une grande puissance expressive dont le titre hautement symbolique signifie coupure ; en 2 parties enchaînées qui illustrent 2 aspects auditifs (polyphonique, homophonique) d'un seul phénomène large (rapide, fort… … suite | … plus (portrait compositeur)17xxx+++
1988Accords perdus (2 cors) [42 ans]Cor-Cor. Une œuvre originale (par le jeu nouveau assigné au cor et par les sons multiphoniques), dense et difficile, lente mais dynamique, qui exprime, dans ces 5 miniatures, un état fusionnel (les 2 cors personnalisent un seul instrument idéalisé ou… … suite | … plus (portrait compositeur)12xxx++
1990Anubis et Nout (saxophone) [44 ans]Saxophone-solo (basse en si bémol ou baryton en mi bémol, avec des phonèmes de l'interprète). Inspiré par 2 figures mythologiques contrastées (Anubis, dieu à tête de chacal noir, qui protége les morts, participant aux jugements des âmes et Nout, dées… … suite | … plus (portrait compositeur)13xxxx++
1996Vortex Temporum (piano et 5 musiciens) [50 ans]Cordes-Piano-Vents (piano, clarinette, flûte, violon, alto, violoncelle, certains étant désaccordés comme le piano, avec scordatura). Une œuvre d'une grande originalité, d'une puissance captivante (jusqu'à la véhémence) et d'une belle invention audac… … suite | … plus (portrait compositeur)39xxxxx++
1998Quatre Chants pour Franchir le Seuil (soprano et 15 musiciens) [52 ans]Voix-Ensemble (petit). Un des pièces les plus poignantes et les plus considérables de notre temps et aussi un pseudo-testament projeté et pressenti par le compositeur mort brutalement avant la création programmée ; une méditation sur la mort que nul … … suite | … plus (portrait compositeur)41xxxxx++++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendelégendelégendeNé le 16 Juin 1946

M.A.J.-Actus : 2019/04/17.
Mort le 11 Novembre 1998 ; reprise en 2019 de 2 pièces rares, "D'Eau et de Pierre" (1972, pour 2 groupes de chambre antinomiques), le 15 Avril à la Scala de Paris (réussie), et "Manifestations" (1976, pour petit ensemble pédagogique avec humour), à l'Athénée, le 30 Mars (réussie, emblématique des composantes spectrales) ; hommage au compositeur par le Festival de Salzbourg avec 8 pièces au programme de 6 concerts (dont la reprise de la chorégraphie de de Keersmaeker pour le "Vortex Temporum", de fin Juillet à mi-Août 2017 (http://www.salzburgerfestspiele.at/concert/time-with-grisey-2017) ; reprise de "Echanges" (1968), un trio composé à 22 ans avec déjà des jeux de résonances pour créer un timbre qui s'étale, par L'Itinéraire, le 12 Octobre 2015, à Paris ; adaptation (par Brice Pauset), d'un des segments des "Quatre Chants pour franchir le seuil" pour soprano et petit ensemble (à suivre ?), crée à Paris, le 24 Octobre 2014 ; création Parisienne du ballet "Vortex Temporum" chorégraphié par Anne Teresa De Keersmaeker (performance réussie), au théâtre de la Ville à Paris, en Avril 2014 (créé en Allemagne à Bochum en 2013) ; reprise de "Le Noir de l'Étoile", le 22 Septembre 2011, à Musica de Strasbourg ; reprise de "Jour, Contre-jour" le 14 Décembre 2010, à la Vilette ; Agora fête le 10ème anniversaire de sa disparition, avec plusieurs reprises, notamment les rares "Quatre Chants pour franchir le seuil" en 2008 ; ses amis (ou sa famille) devraient créer un site Internet* Reco(s)-Accès-facile (relativement à son catalogue)… "Manifestations" (1976, pour petit ensemble pédagogique avec humour, emblématique des composantes spectrales)|"Jour Contre-Jour" (1979, pour orgue électrique, 13 musiciens et bande ; Extrait-Vidéo I (etc.))

* Conseil-découverte : "Partiels" (1976, pour 18 musiciens) |

* Conseil-approfondissement : "Quatre Chants pour Franchir le Seuil" (1998) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 6-Avril-2020

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2021 Merci de signaler les liens vidéos brisés, pour correction immédiate, à Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page