legend

LE CENTENAIRE DE LA NAISSANCE DE MAURICE OHANA, CHUUUT !

Voici en toute modestie quelques regards liés à l'actualité, sans le recul de la Base de données, ni l'objectivité actualisée des Informations brutes… mais sans partialité.

9 Janvier 2016 Relevé d'Apprenti n°21 5 Janvier 2016… mort à presque 91 ans du compositeur et entrepreneur phare de la Musique Contemporaine, Pierre Boulez
27 Décembre 2014 Relevé d'Apprenti n°20 Novembre 2013-2014, une année faste pour Gérard Grisey, sans prétexte d'anniversaire
4 Juin 2013 Relevé d'Apprenti n°19 La mort de Henri Dutilleux, à 97 ans, un classique du moment, entre temporel et intemporel
19 Mai 2013 Relevé d'Apprenti n°18 Dans moins d'un mois, c'est le centenaire de la naissance de Maurice Ohana… et à ce jour seul un colloque et quelques concerts l'ont fêté
28 Décembre 2012 Relevé d'Apprenti n°17 Décès attendu d'un des très rares compositeurs de sa génération à avoir pleinement intégré l'informatique musicale, Jonathan Harvey
7 Mars 2011 Relevé d'Apprenti n°16 Création ambitieuse de "La Métamorphose", opéra de chambre de Michaël Levinas, d'après Kafka
22 Février 2011 Éditorial n°3 Vive la diversité et la coopération Web 2.0, à bas la notoriété concentrée
26 Septembre 2010 Relevé d'Apprenti n°15 Décès absurde et consternant d'un compositeur météore presque trentenaire, Christophe Bertrand
27 Octobre 2009 Relevé d'Apprenti n°14 Dix CD de référence pour la décennie 2000-2009, selon J.-P. Derrien et D. Jameux… et des contrepoints !
23 Juin 2009 Relevé d'Apprenti n°13 Création scénique de "Pastorale" de Gérard Pesson : un spectacle complet
28 Avril 2009 Relevé d'Apprenti n°12 Concert monographique de Frédéric Pattar (musique de chambre) : une expressivité surprenante
10 Octobre 2008 Relevé d'Apprenti n°11 Révélation surprise d'un jeune compositeur Scandinave à Présences Paris, Jan Erik Mikalsen
25 Septembre 2008 Relevé d'Apprenti n°10 Décès d'un compositeur micro-tonal extrême, Horatiu Radulescu
18 Septembre 2008 Relevé d'Apprenti n°9 Décès d'un compositeur indépendant, sérieux et provocateur, Mauricio Kagel
15 Juillet 2008 Relevé d'Apprenti n°8 La découverte approfondie du très original et saturateur Frank Bedrossian, avec 3 concerts 2E2M
26 Janvier 2008 Relevé d'Apprenti n°7 "Les Sacrifiées", opéra de chambre de Thierry Pécou, ou l'engagement citoyen
16 Décembre 2007 Relevé d'Apprenti n°6 La Musique Contemporaine en 100 disques, un nouveau livre
5 Décembre 2007 Relevé d'Apprenti n°5 Décès brusque d'un compositeur phare, Karlheinz Stockhausen
22 Septembre 2007 Relevé d'Apprenti n°4 Création Française de "Neither", pseudo-opéra de Morton Feldman de 1977
23 Juin 2007 Relevé d'Apprenti n°3 "Wagner dream", opéra de Jonathan Harvey… pour le répertoire ?
12 Mai 2007 Éditorial n°2 La vraie faiblesse congénitale de la Musique Contemporaine, le «share of voice».
8 Mars 2007 Relevé d'Apprenti n°2 Thomas Adès et Présence 2007
15 Novembre 2006 Relevé d'Apprenti n°1 L'opéra de chambre et "Faustus" de Pascal Dusapin
24 Octobre 2006 Éditorial n°1 Ouverture officielle du site Web Musiquecontemporaine.info

Relevé d'Apprenti n°18: Dans moins d'un mois, le 12 Juin, c'est le centenaire de la naissance de Maurice Ohana… et à ce jour seul un colloque et quelques concerts l'ont fêté



Photo: D.R., Thierry Martinot


Compte rendu du colloque du CDMC sur Maurice Ohana.


Et commençons, avant d'entrer dans le vif du sujet de ce colloque, par une petite pique (d'impuissante ironie) : ne le répétez pas… c'est très bientôt le centenaire de la naissance de Maurice Ohana, chuuut !, restons discrets, car notre singulière Société (humanité) actuelle, rétro-mono-mélomaniaque, mise tout, toute l'année, sur VW (pas la VolksWagen du peuple, non, mais le Verdi-Wagner des pantoufles en bicentenaire) et oublie tout de ses joyaux créés il y a juste 25-50 ans (avec quelques miettes pour les autres centenaires de Britten et Lutoslawski).

Ce colloque organisé à l'occasion du centenaire de sa naissance (avec un titre, l'oiseleur, un peu ambigu, car il n'y a pas d'oiseaux dans sa musique, plutôt pour souligner une de ses phrases emblématiques, «il faut être un oiseleur pour apprivoiser les sons sans les tuer»).
Il faut d'abord insister sur sa personnalité complexe et mystérieuse qui aime jouer sur les fausses pistes.
D'abord, sur sa date de naissance en 1913 (il s'est longtemps bloqué sur 1914 par superstition du nombre 13).
Ensuite sur son nom (ses racines sont Juives sépharades, mais il est né au Maroc et il est citoyen Britannique de par son père, et il ne prendra la nationalité Française qu'en 1976) qu'il écrira de multiples façons (Ohanes en rapport avec les villages Espagnols, O'Hana en rapport avec une prétendue origine Irlandaise, en sachant qu'il a joué aussi sur la signification de son nom en Japonais, soit honorable fleur). Cela confirme sa volonté d'être apatride pour souligner son indépendance et l'universalité de sa démarche (et c'est une réalité que la plupart des Juifs, artistes ou non, se voient comme des déracinés).

Le fait qu'il ait vécu la guerre au front en Arabie et durant la campagne d'Italie, en 1943, et que sa génération a également été choquée par la première Guerre Mondiale explique sa phobie Germanique (moderne… mais pas seulement : il n'aimait pas Jean-Sébastien Bach). De même, sa farouche indépendance se traduit par un côté agnostique (dans sa "Messe", ne figure aucun credo). Au niveau de la personnalité il faut ajouter un sens développé de l'amitié fidèle, un sens de la mesure (ne pas aller trop loin), un sens de la raison.
Symboliquement, il s'est attaché au culte de l'arbre (lenteur, racines solides, ancrage terrien, mais aussi élévations tendues vers le ciel, sachant que dans un arbre la masse des racines représente la moitié de la masse aérienne).
Cette indépendance et cette mesure expliquent mieux son désintérêt pour la musique sérielle et post-sérielle (qui n'était pas sa tasse de thé) et, au-delà, son opposition à cette esthétique (qu'il jugeait dogmatique).

Sa musique est d'un bout à l'autre de sa carrière cohérente, même si ses débuts sont influencés par le premier Messiaen (et le dernier Debussy).
Son esthétique est marquée par 6 composantes essentielles :

  1. l'usage abondant des micro-intervalles (essentiellement les tiers de tons avec des instruments spécifiques comme par exemple la cithare modifiée, également les quarts de tons) qu'il utilise surtout dans un but mélismatique, c'est-à-dire pour enrichir la résonance, pour ornementer la phrase de manière linéaire, et pas dans un but harmonique (vers la fin de sa vie, il utilise moins ou pas du tout dans la notation les micros-intervalles, mais ils apparaissent indirectement par l'usage d'instruments aux sons complexes comme les percussions) ;
  2. la tendance au médiéval (et notamment pour le support du mot), au grégorien, à la prosodie, à la psalmodie (avec modulations), en n'excluant pas les phonèmes appelés neumes (il faut savoir qu'il compose la musique avant le texte, contrairement à la norme) ;
  3. le goût pour la notation détaillée avec l'utilisation de signes d'écriture nouveaux (proportionnalité à la seconde de temps, incursion de l'aléatoire avec ses réservoirs, dessin graphique de la résonance) et pour l'usage très fréquent du point d'orgue, ce qui entraîne des analyses des partitions très variables selon les interprètes et des temps d'exécution également très variables ;
  4. le tropisme pour l'aléatoire (en parallèle avec la notation particulière) pour donner le maximum de liberté à l'interprète, ce qui est tout à fait de son temps (une preuve que ce n'est pas un tempérament conservateur) ;
  5. l'intérêt extraverti pour les musiciens et choristes amateurs (il a écrit de nombreuses pièces pour eux, y compris en les associant à des professionnels, mais sans objectifs pédagogiques) ;
  6. le brassage multiculturel (avec bien sûr la couleur et l'héritage Arabo-andalou, mais aussi Asiatique, Africain, Méditerranéen y compris Grec antique) en parallèle avec sa démarche universaliste (il utilise fréquemment le suffixe «-ngo» Africain dans le titre de ces pièces).


À noter que son association de soutien, selon son Président le compositeur Guy Reibel, a effectué sur son site Internet (www.mauriceohana.com) un travail important et minutieux de recensement de son catalogue complet (PDF), disponible gratuitement, et affiche bien son actualité, mais elle ne propose pas de menus de découverte puis d'approfondissement de la musique d'Ohana (par exemple, à travers les CD disponibles ou les extraits YouTube), ni n'a réagi favorablement à notre suggestion cordiale d'une telle liste pour enrichir le présent éditorial, et elle n'offre pas d'extraits musicaux.

Sur le plan financier, Ohana, comme de nombreux autres compositeurs, a bénéficié du soutien de Henri Dutilleux, entre les années 60 et 80 quand ce dernier dirigeait le bureau des illustrations musicales à la Radio Nationale ORTF (pas moins de 11 commandes à Ohana pour des pièces radiophoniques).
Au total, un compositeur qui a su léguer des partitions originales, personnelles et indépendantes des esthétiques à la mode à l'époque, dans une libre synthèse de courants ethniques et historiques qu'il affectionnait.



P.S.: cette réunion-colloque intéressante (écoutable via Internet via le CDMC) n'a pas abordé véritablement 2 aspects d'Ohana qui en plus sont liés et m'avait frappé lors de la série de créations de son unique vrai opéra, "La Célestine", à savoir sa passion pour le cinéma (via un scénario solide… ici c'est un livret qu'il a écrit lui-même adapté d'une comédie de Calixte et Mélibée) et pour la scène ; pour son opéra, impossible d'en savoir davantage auprès de l'INA sur la faisabilité d'un transfert vidéo (à l'occasion de ce centenaire… rêvons un peu qu'un jour un DVD puisse se matérialiser !), sauf d'apprendre qu'il existe plusieurs captations vidéos de la générale et de ces premières de 1988 à Paris-Garnier (sans analyse faite à ce jour de leurs qualités techniques pour transfert) ; cet opéra n'a jamais été repris -mais hélas c'est le cas de la quasi totalité du théâtre lyrique contemporain- depuis 25 ans… et pourtant le succès aux 5 représentations de Juin 1988 (j'y étais pour l'une d'elles) avait été intense car la pièce a bien des qualités, rares à l'opéra, une histoire intéressante et bien organisée, plutôt au 1er degré, un mélange de truculence et de vigueur pour une comédie qui ne se refuse pas une part de pastiche, des personnages de théâtre avec un sens de l'humain (et aussi de la folie avec le personnage de l'illuminé), tous manipulés par des forces supérieures (comme dans le théâtre antique, ou de Shakespeare, ou même de Racine s'il avait écrit une comédie réussie) et une musique sur laquelle Ohana a travaillé pendant 5 ans pour la composition en parallèle au livret, mêlant une formation instrumentale Mozartienne enrichie de quelques bois et vents et des percussions (Afro), dans une vaste fresque sonore avec de l'Anglais, de l'Espagnol et de l'Italien et une langue imaginaire faite d'onomatopées et pleine d'équivoques… mon souvenir est encore marqué par la musique colorée et jouissive (un patchwork, dirait-on aujourd'hui), par les effets théâtraux (plans cinématographiques, fondus-enchaînés brusques), et par les choix esthétiques (assez neufs à l'époque) à la fois chez Fellini (de Roma et Satyricon) et chez Eisenstein, et enfin, par l'humour truculent teinté d'ironie (et c'est un des points clé du personnage qui revient, son goût de la vie, des gens, du plaisir et du rire… en toute -farouche- liberté).



Jean Huber, 19 Mai 2013

Addendum, 18 Juin 2013 : la radio Belge MUSIQ3 pour son émission dédiée à la Musique Contemporaine, Big Bang, lui a consacré 2 émissions hommages (10 et 17 Juin) préparées-racontées par le musicologue-critique Harry Halbreich (qui n'était pas présent à la réunion du CDMC mais qui manifestement le connaissait très bien, ainsi que sa musique) ;

voici, pour enrichir la réflexion, quelques mots-clé des 2 émissions qui parlent bien de lui (superstition, Maroc, Gibraltar, Hespérides, berbères, anti-Germanique, débuts-tardifs (quarantaine), cordes pincées, guitare à 10 cordes, clavecin, cithare, percussions, martial, chant Flamenco, rituels, polythéisme, amitié, fidélité, piano, tiers-de-tons, Chopin, Debussy, Jazz, Count Basie, Andalousie, afro-cubain, chœurs amateurs, suffixe Ngo, pas un symphoniste, Stravinsky Symphonie pour Instruments à Vents, maléfisme, son noir, piano) et

voici, pour découvrir ou approfondir sa musique, les titres des 26 pièces sélectionnées dans un ordre chronologique, avec l'extrait sélectionné entre parenthèses puis les interprètes et la marque distributrice des enregistrements : "Trois Caprices pour piano" [Enterrar y Callar], Jean-Claude Pennetier, Arion | "Llanto por Ignacio Sanchez Mejias" [La sangre derremada], Lionel Peintre, Rodolpho de Souza, Ensemble Vocal et Instrumental Musicatreize, Roland Hayrabedian, Calliope | "Cantigas" [Cantiga de vela], Chœur Contemporain, Percussions de Strasbourg, Pierre Verany | "Etudes chorégraphiques" [Etude 4], Elbtonal Schlagwerk, Arte Nova | "Trois Graphiques", concerto pour guitare [Grafico de la Buleria y Tiento], Narciso Yepes, London Symphony Orchestra, Rafael Frühbeck de Burgos, DG | "Tombeau de Claude Debussy" [Envoi], Sylvie Sullé, soprano, Christian Ivaldi, piano, Laure Morabito, cithare, membres de l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Arturo Tamayo, Timpani | "Si le Jour Paraît" [Temple], Stephan Schmidt, guitare à 10 cordes, Astrée | "Signes, L'Arbre" [Dans la Nuit], Ensemble Ars Nova de l'O.R.T.F., Monique Rollin, cithares, Michel Debost, flûte, Christian Ivaldi, piano, Jean-Pierre Drouet, Sylvio Gualda, Boris de Vinogradov, Gaston Sylvestre, percussions, Marius Constant, direction, Erato | "Chiffres de Clavecin" [Etoiles - Nuées], Elisabeth Chojnacka, clavecin, membres de l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Arturo Tamayo, Timpani | "Sibylle" [extrait non nommé], Kiyoko Okada, soprano, Georges Van Gucht, percussions, Actes Sud / Musicatreize | "Cris" [Mémorial 44], Ensemble Musicatreize, Roland Hayrabedian, Actes Sud / Musicatreize | "Silenciaire" [extrait non nommé], Bétrice Daudin, Paul Mootz, Eric Chartier, Netty Glesener, Klaus Brettschneider, Chris Opsteyn, percussions, cordes de l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Arturo Tamayo, Timpani | "24 Préludes" [Prélude 9, Blues], Jean-Claude Pennetier, Arion | "Office des Oracles" [Son chango - Météoracle], Chœur contemporain d'Aix en Provence, Musicatreize, Roland Hayrabedian, Opus 111 | "Sacral d'Ilx", trio [extrait non nommé], Elisabeth Chojnacka, clavecin, Fabrice Mélinon, hautbois, Miklos Nagy, cor, Timpani | "Lys de Madrigaux" [Star Mad Blues], Ensemble Vocal Musicatreize, Jay Gottlieb, piano, Roland Conil, orgue, Laure Morabito, cithares, Georges Van Gught, percussions, Roland Hayrabedian, Opus 111 | "Anneau du Tamarit", pour violoncelle et orchestre [extrait non nommé], Anssi Karttunen, violoncelle, Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Arturo Tamayo, Timpani | "Livre des Prodiges", pour orchestre [Son noir], Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Arturo Tamayo, Timpani | "Quatuor n°2" [Faran-Ngô], Quatuor Psophos, ArRéSé | "Concerto pour piano" [extrait non nommé], Jean-Claude Pennetier, piano, Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Arturo Tamayo, Timpani | "12 Etudes d'Interprétation", pour piano [Etude 12 avec percussion, Imitations-Dialogues], Jean-Efflam Bavouzet, piano, Florent Jodelet, percussion, Harmonic Records | "Swan Song", chant du cygne, pour 12 voix solistes [Epitaphe], Musicatreize, Roland Hayrabedian, Actes Sud / Musicatreize | "Miroir de Célestine" [N'gangô, suite de l'opéra], Elisabeth Chojnacka, clavecin, Béatrice Daudin, percussion, Timpani | "Tombeau de Louise Labé", pour chœur [extrait non nommé], Musicatreize - Roland Hayrabedian, Calliope | "Concerto n°2 pour violoncelle et orchestre, In Dark and Blue" [extrait non nommé], Sonia Wieder-Atherton, violoncelle, Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Arturo Tamayo, Timpani | "Avoaha", pour grand chœur accompagné [El Dorado, Envoi à la Reine Isabelle], Ensemble Vocal Musicatreize, Jay Gottlieb et Roland Conil, piano, Laure Morabito, cithares, Georges Van Gught, Jean-Paul Bernard et Christian Hamouy, percussions, Roland Hayrabedian, Opus 111).

Addendum, 22 Septembre 2013 : la radio Française, France Musique, dans sa nouvelle émission «Le jour d'Avant», lui a (enfin) souhaité un bel anniversaire ; comme l'émission est podcastable et ré-écoutable en streaming longtemps sur Internet jusqu'au 18 Juin 2016, voici le lien : FM.



Actualisation : 13 Novembre 2016

TOP-12-VISITES : HISTOIRE | PERSPECTIVE | STYLES-ÉCOLES | ÉDITORIAUX-ÉCHOS | ŒUVRES-BBD | GUIDE-EXPRESS | COMPOSITEURS-INTRO | PLUS-BDD | ACTUALITÉS-CRÉATIONS-REPRISES | GLOSSAIRE | VIDÉOS-EXEMPLES | FAQ |



© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page