legend

XXL-SCOPE ESQUISSES (liste-compos-étendue) : Le XXL-SCOPE inclut des compositeurs vivants ou morts après 2000 pour lesquels l'auteur n'a pas encore pu sélectionner au moins 2 pièces de valeurs écoutées en concert (il y a aussi quelques rares compositeurs morts prématurément avant 2000 qui sont reconnus comme importants internationalement, mais peu joués en France et sans aucune pièce, pour l'instant, déterminante écoutée en concert… le XXL-SCOPE comprend un portrait rapide du compositeur, de son esthétique musicale (etc.), son actualité récente (créations, concerts en France), et surtout 3 séries de recommandations d'écoutes de pièces, en priorité écoutables sur YouTube, (1) des pièces d'accès facile relativement à son catalogue (curiosité instinctive), (2) une pièce pour la découverte, après un premier intérêt marqué, (3) une pièce pour l'approfondissement (sauf si compositeur trop jeune, ou au catalogue trop limité ou peu joué en France). Attention, les liens YouTube peuvent souvent devenir caducs sans préavis… merci de les signaler (ou tout autre commentaires et suggestions) à directement. Pour comparaison, la page d'accès aux compositeurs sélectionnés avec des pièces analysées est ICI

Aa | Abrahamsen | Adámek | Agobet | Anderson | Andriessen | Aperghis | Bacri | Baird | Ballif | Bancquart | Barry | Bec | Beffa | Benzecry | Béranger | Bianchi | Billone | Blank | Blondeau | Bolcom | Bonilla | Bonnet | Borowski | Borrel | Bosseur | Bryars | Bussotti | Campion | Campo | Canat de Chizy | Cardew | Cattaneo | Cendo | Cerha | Chauris | Chin | Chion | Combier | Corigliano | Criton | Czernowin | Daugherty | Davies | Dean | Di Tucci | Donatoni | Drouin | Dubugnon | Dufourt | Durand | Eckardt | Edwards | Eimermacher | Fafchamps | Filidei | Fineberg | Finnissy | Finzi | Florentz | Fox | Francesconi | Fuente | Fujikura | Furrer | Ge | Gervasoni | Giraud | Globokar | Goehr | Goubaïdoulina | Grätzer | Hakola | Halffter | Hartke | Haussmann | Hersant | Hervé | Höller | Hosokawa | Hudry | Hurel | Ibarra | Illés | Jarrell | Jodlowski | Kantcheli | Kernis | Kiyama | Knussen | Koch | Kyburz | Lacaze | Lanza | Larcher | Lazkano | Lenot | Leroux | Lévy | Mâche | Machuel | MacMillan | Magrané | Malec | Maratka | Markeas | Martin | Matalon | Méfano | Mikalsen | Mitterer | Moravec | Moss | Mulsant | Mundry | Narboni | Neuwirth | Nørgard | Nyman | Parmerud | Parra | Pattar | Pauset | Petitgirard | Pintscher | Poppe | Radigue | Rautavaara | Reimann | Reverdy | Rivas | Roche | Saunders | Schwartz | Sculthorpe | Sighicelli | Singier | Sinnhuber | Sørensen | Spahlinger | Staud | Steen-Andersen | Strasnoy | Stroé | Stroppa | Taïra | Tavener | Turnage | Vasks | Verunelli | Widmann | Xu | Zanési | Zavaro |



* PER NØRGARD (1932 - 85 ans), Danemark

ESQUISSE-PORTRAIT
Moderniste-Synthétique (tendance prismatique)

compositeur Danois (prononcer son nom «Pair Neurgore»), à l'inspiration insatiable et au renouvellement incroyable, réputé internationalement (moins en France) et considéré dans son pays comme le vrai héritier de Carl Nielsen (1865 - 1931) ; il fait ses études musicales à l'Académie Royale du Danemark à Copenhague, puis comme beaucoup dans sa génération à Paris de 1956 à 1957 avec Nadia Boulanger, mais à l'opposé de beaucoup d'élèves de la rigide et conservatrice professeure, il va choisir le camp du modernisme (modéré, mais avec forces dissonances assumées), sans toutefois s'enrôler dans le sérialisme ou l'aléatoire de l'époque (ou peu) ; sa musique reste modale mais s'aventure dans un recours récurrent à des structures arithmétiques, et, assez tôt (vers 1959), il crée un concept de composition unique dans la Musique Contemporaine, dit des séries infinies (ne pas comprendre ici série au sens de sérialisme, mais plutôt au sens mathématique, qui repose sur une superposition, dans un même système, de portées de tempos de plus en plus lents, avec des cellules mélodiques obtenues par images de cellules de la première portée, ce qui fait que la série est infinie mais reste autour d'un pivot, donc sans croissance exponentielle, qui serait inconciliable avec l'écriture musicale) ; au début des années 1980, il développe une fascination (y compris dans un opéra) pour le peintre schizophrène Suisse, Adolf Wölfli (1864-1930) et, en musique, il se met à composer selon une interprétation subjective de ses dessins-cryptogrammes (plutôt hermétiques) ; puis, nouveau revirement quelques années plus tard, vers une exploration des sons, cette fois, avec des jeux d'effets multiples, sans oublier l'utilisation épisodique du collage (avec des intrus selon la technique dite «des objets trouvés»), du happening, des notations graphiques, de la microtonalité, du minimalisme, de l'électronique ; malgré cette énorme dispersion apparente, sa musique reste homogène, marquée par la couleur et le timbre (déformée par des prismes), et toujours puissamment évocatrice et prégnante ; le personnage est, sous des dehors rationnels, inconstant, versatile, spiritualiste, un brin obsessionnel, et notoirement iconoclaste et provocateur (sur la couverture de sa biographie parue en 1996, il apparaît nu), à la personnalité insaisissable ; sa production est hyper-prolifique (presque 400 pièces de tous effectifs, 8 symphonies sans compter les nombreuses pièces pour orchestre non numérotées, pleins de concertos, 10 quatuors, surtout le dernier, jusqu'aux 6 opéras et même la B.O.F. au cinéma comme pour «Le Festin de Babette» de Gabriel Axel, et de tous les styles -trop?-, tout en restant accessible, comme la plupart des compositeurs Scandinaves, ce qui rend illusoire les recommandations d'écoute représentatives fondées sur des choix, limités par la place disponible sur cette page)




ESQUISSE-SÉLECTION
* Reco(s)-Accès-facile (relativement à son catalogue)… Symphonie n°3 "in 2 Movements" (1973, pour orchestre, avec mutations infinitésimales, emblématique des séries infinies ; Extrait-Vidéo) | Symphonie n°4 (1981, pour orchestre, emblématique des cryptogrammes de Wölfli ; Extrait-Vidéo) | "Between", concerto pour violoncelle n°1 (1985, enigmatique et alangui ; Extrait-Vidéo) |

Reco-découverte… Achille et la Tortue (1983, pour piano solo, pointilliste)

Reco-approfondissement… "Voyage into the Golden Screen" (1968, pour orchestre)




PHOTOPAYSACTUALITÉS DE PER NØRGARD
légendeDanemark2011/09/26. Très peu d'actualités (à notre connaissance) en France ; site Internet officiel à l'abandon. Site Internet personnel (avec extraits musicaux): www.pernoergaard.dk/indexeng.html


Actualisation de la page (hors actualités) : 3-Août-2015



© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2018 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page